Lorsque l'on ne gouverne pas, lorsque l'on ne décide pas, lorsque l'on ne se frotte pas aux citoyens, à tous les citoyens, il est aisé de prendre des positions dogmatiques. Je vous donne un exemple :

Je discutais avec un collègue qui me disait que nous n'étions pas en démocratie, car le vote blanc n'est pas reconnu, ce sur quoi j'étais plus ou moins en accord avec lui, tout en étant plus nuancé. Notre démocratie est malade et la reconnaissance du vote blanc fait partie des nombreux ingrédients pour la soigner[1]. Il poursuivait que lors d'une élection, si le nombre de vote blancs dépasse le nombre de bulletins du premier candidat, il ne devrait pas y avoir d'élus, mais plutôt comme pour les jurys populaires, des citoyens désignés plus ou moins au hasard pour gouverner. Ça, pour moi, est une position dogmatique totalement irréaliste, bien qu’intellectuellement stimulante.

Il existe des quantités de manières de voter et de mettre en œuvre la démocratie représentative, mais toutes ont au final pour but de dégager une majorité ou un représentant capable de mettre en œuvre un projet.

Si j'avais une baguette magique, je changerai les modes de scrutin de notre pays qui sont tous conçus pour fabriquer des clivages et des oppositions artificielles. Typiquement, pour les élections régionales ou municipales qui sont des scrutins de liste, mettre en place un vrai système à la proportionnelle impliquerait de devoir gouverner avec des majorités fluctuantes, des majorités de projet et pas seulement une majorité issue des urnes[2].

Sauf que je n'ai pas de baguette magique, et que le mode de scrutin est ce qu'il est et qu'il faut faire avec. Dimanche notre démocratie sera encore plus malade avec le retrait des candidats représentant le peuple de gauche dans notre région. Ils l'ont fait, car ils ne pouvaient se résoudre à faire de notre région le laboratoire du FHaine. Le MoDem de PACA avait fait un choix similaire il y a plusieurs mois en rejoignant la liste LR-UDI-MoDem conduite par Estrosi. Si vous ne l'aimez pas, mettez une pince à linge sur le nez pour aller voter, mais de grâce allez voter pour cette liste, car s'il échoue, ce ne sera pas un petit désagrément que vous aurez en retour, et les conséquences iront bien au delà des 6 ans du mandat[3].

Notes

[1] Reconnaitre le vote blanc dans un scrutin de liste conduirait à changer les rapports de nombres de sièges obtenus entre les listes, sans cependant remettre en cause le vainqueur.

[2] Si la liste vainqueur n'a qu'une majorité relative, elle doit s'allier avec d'autres listes pour ne pas être mise en minorité et donc faire des compromis et négocier avec certains de ses opposants, ce qui est pour moi, la vrai démocratie, la négociation et le compromis. C'est pas pour rien que je suis centriste !

[3] Entre autre le démantèlement du tissus associatif et la dégradation de l'image de marque à l'étranger de notre région.