Hier, juste avant le dernier débat de la droite et de la droite, j'ai écouté une passionnante émission sur France Culture qui disait en substance que la France est dans la moyenne des pays équivalents en richesse en matière d'emplois publics.

En effet, chez la plus part de nos voisins, une partie des emplois qui sont du ressort de l'état et qui sont en France confiés à des fonctionnaires, sont externalisés à des structures qui n'emploient pas de fonctionnaires. Conséquence, dans les comparaisons, la France semble avoir pléthore de fonctionnaires. Si on comptabilise ces emplois, nos voisins européens ou le Canada ont grosso-modo le même nombre de personnes et la même masse salariale pour faire la même chose. La France n'est même pas le plus mauvais élève.

Le commentateur expliquait donc que le projet de François Fillon, d'externaliser tous ces emplois vers le secteur privé était une fausse bonne idée. Car pour qu'une entreprise entre sur un marché, il faut qu'elle fasse du profit. Donc en plus de payer le travail qui devra de toute façon être financé, il faudra aussi que l'argent publique paye le profit des sous-traitants. A périmètre constant, c'est une perte net pour les finances de l’État.

Mais bon, François Fillon fait campagne pour séduire les électeurs de droite qui adore ce genre de simplifications foireuses, du moment que l'on peu casser du sucre sur le dos des fonctionnaires, c'est gagnant à tous les coups.