Quant j'ouvre mon blog et que je le vois sans mise à jour depuis si longtemps je suis honteux. Avec tout ce qui se passe en ce moment, il y aurait de quoi faire trois billets par jour. Oui, mais là j'ai une vrai excuse pour ne pas publier ici. Si, si, je suis en campagne et pas qu'un peu.

Alors il y a twitter qui a pris le relais qui me permet de capter mon actualité de cette campagne, mais je vais essayer de vous en parler un peu quand même ce matin, juste avant un nouveau rendez-vous de campagne dans 1h.

Une analyse de notre potentiel électoral

Cette étape se fait tranquilou le soir, une fois que tout le monde dors. Elle permet de définir les contours de l'électora et les chances de gagner. Je vous la mettrai en détail dans un billet dédié.

Des documents, rien que des documents

Avec Nathalie nous avons décider de faire une campagne au contact des gens. Nous prenons le temps de rencontrer, de parler, d'échanger. Mais pour pouvoir entamer une conversation lorsque l'on n'est pas très connu, il faut un bout de papier, un tract. Donc toute première étape, je me suis attelé à la réalisation d'un premier tract de campagne[1]:


Ceci fait, nous avons pu nous lancer sur le terrain[2] et commencer à découvrir le très bon accueil des électeurs d'Emmanuel Macron, ça on s'en doutait, mais aussi des gens d'autres sensibilités politiques. Premier choc positif.

Il y a des contraintes d'imprimeur, de la paperasse[3] qui ne nous ont pas laisser beaucoup de temps. Donc parallèlement, aux première rencontre sur le terrain, avec les média qui nous ont pris un peu à froid, il faut préparer le matériel électoral, l'affiche, la profession de foi et le bulletin de vote[4]:


Les média

Le monopole local papier a été d'une formidable continuité dans sa couverture de cette campagne. La tourmente politique de l'élection d'Emmanuel Macron semble s'être arrêté à l'Estérel et n'avoir pas effleurer nos journalistes des Alpes Maritimes qui continuent de regarder l'actualité politique avec toujours le même tropisme. Je n'en dirai pas plus car je vais être méchant et il parait qu'il ne faut jamais être méchant avec les journalistes...

France 3 Côte d'Azur a fait un reportage sur 2 des candidats en marche, quelques jours après notre investiture avec l'objectif de montrer que nous étions à la ramasse. Sympa comme approche ! Après nous avoir cuisiné pour savoir si nous savions combien coûte une campagne, comment ça marche ... et voyant son projet de nous faire passer pour de la bleusaille tomber à l'eau, le journaliste a finalement saisi la perche que nous lui tendions d'une campagne à petit budget[5].

Autre surprise, France 3 national est venu faire quelque images sur les candidats de la 6ème circonscription. On ne sait pas trop ce qu'ils garderont. Il semble que le thème soit les femmes en campagne.

Dernièrement, la télévision autrichienne est venue interviewer Nathalie, pour essayer de comprendre le phénomène En Marche. Et dans quelques minutes, le débat de NiceMatin. Ce sera la surprise sur ce qui en sortira.


La suite au prochain épisode.

Notes

[1] C'est moi qui ai créé ce tract, avec exclusivement du logiciel libre bien sûr !

[2] A l'exception de la candidate LR, nous étions les seuls sur le terrain.

[3] à laquelle Nathalie s'est attelé.

[4] Là aussi faite par votre serviteur avec du logiciel libre.

[5] Nous vous publierons tout, vous verrez, nous avons été sage avec l'argent public.