Venez avec votre mécontentement, on s'en fout du sujet pour lequel vous avez envie de vous plaindre: augmentation du carburant, CSG, logement, environnement, retraite, salaire, immigration, Europe... venez tous râler en exigeant que l'on vous écoute, même si vous n'avez rien à dire, mais dite le fort !

Voilà ce que m'évoque le mouvement des gilets jaunes, une auberge espagnole du mécontentement.

Carburant

Au début le mécontentement s'est focalisé sur le carburant et puis paf, Trump relâche l'étau sur l'Iran et ses exportations de pétrole et en quelques jours, le prix du baril est reparti (provisoirement) à la baisse. Mais c'est pas grave, le sujet est suffisamment touchy pour mobiliser donc on va pas l'abandonner.

Si on se réfère à l'article du point, seulement 4 et 8 cts sont imputables à la hausse des taxes depuis 18 mois, soit 1€80 à 3€50 par plein. Ouahhhhh ça c'est violent comme augmentation !

Tout le reste de l'augmentation des carburants est lié aux variations des prix du baril de pétrole sur le marché international, typiquement l'embargo des USA sur l'Iran ou le désastre économique au Venezuela en sont des facteurs. Mais bon, là ça devient un peu compliqué de s'en prendre à Trump. Pour le Venezuela, on peut toujours s'en prendre à Méluche, c'est un peu moins loin ;)

Agrégation

Ce que la France Insoumise a rêvé de faire en agrégeant les mécontentements depuis des mois en interpellant les retraités ou les personnels soignants, quelques bonnes manipulations sur les réseaux sociaux l'ont réussi. On apprendra très probablement dans quelques temps que tous ces généreux manifestants en jaune qui ne pensent bien sûr qu'aux autres et pas à leur nombril, ont été délicatement manipulés par quelques milliers de faux comptes Facebook, et des agences de communication, gracieusement mis à disposition par des groupuscules d'extrême droite financés par Banon ou les russes (ou les 2).

Médias

Nous avons assisté avec tristesse au naufrage de l'information, notamment celle des chaînes d'information continue, qui ont données une visibilité hallucinante à un mouvement qu'ils ne comprenaient pas. La nouveauté les a attiré comme du miel. La parole a été donnée à des gens sans prendre aucun recul, sans précaution, durant plusieurs jours.

La couverture à tout prix d'un évènement nouveau a conduit bon nombre de média à faire de l'évènementiel et plus du journalisme. Aucune analyse des revendications, pas de mise en perspective des demandes face à la réalité des chiffres. Le système s'est auto-entretenu, les média parlant des gilets jaunes, les gens en ont parlé et donc puisque les gens en parlent, les média se doivent d'en parler. Un buzz auto-alimenté.

Et après ?

Ne nous trompons pas, ce mouvement qui rassemble toute la baufitude des réseaux sociaux est un coup d'essai de l'extrême droite, juste avant les élections européennes. Pas l'extrême droite française, non elle n'en ai pas capable toute seule, celle du consortium mis en place par Banon pour détruire notre Europe.

Tous les outils utilisés par Obama pour se faire élire grâce aux réseaux sociaux sont maintenant utilisés par les extrêmes. Des spécialistes sont en charge aujourd'hui de produire tous les contenus qui se partagent sur les réseaux sociaux: on a vu de fausses vidéos de propos qu'Emmanuel Macron n'a jamais tenu, de faux courriers de l'état ou de la police, des dessins humoristiques, des bots pour occuper l'espace médiatiques, des publicités ciblées, des textes racontant des bobards prêt à partager. Ces outils qui étaient limités à la fachoshère sont maintenant diffusables à beaucoup plus grande échelle grâce au mouvement des gilets jaunes. Tous ces râleurs de bonne fois (ben oui en France râler c'est normal), probablement pour bon nombre opposés à l'extrême droite, sont maintenant entrés dans les mailles d'un filet que va utiliser l'extrême droite, mais bien évidement sans dire que c'est elle, il ne faudrait pas effrayer le râleur.

Ils sont tous en lien, via les réseaux sociaux. Ils sont chauffés contre le gouvernement. Ils vont innocemment relayer les productions des agences de com de l'extrême droite, sans se rendre compte qu'ils se font manipuler.

La guerre est déclarée, les pions se mettent en place...