Remise en perspective de la campagne de vaccination

J'avais commencé un billet récapitulatif et je suis tombé sur cet article très complet que je vous invite à lire pour vous faire une opinion étayée : Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ?.

Comme il est difficile de prendre du recul par rapport à la campagne de vaccination que l'on nous assène je voudrais vous faire part de la position étayée à laquelle je suis arrivé, après être passé par de nombreuses incertitudes et interrogations.

  • Les risques liés à la grippe H1N1[1] ont été surévalués par l'OMS qui s'est basé sur les risques attendus pour le H5N1[2]. La crainte qui n'est toujours pas exclue d'une recombinaison des 2 virus a aussi contribué à sur-évaluer le risque. On sait aujourd'hui que cette grippe n'est pas plus dangereuse que la grippe saisonnière[3].
  • Toute l'organisation mise en place pour cette vaccination de masse a été pensée lors de crise de la grippe H5N1. Notamment la nécessité d'enrayer une propagation dans la totalité de la population, alors que pour la grippe saisonnière on ne cible que la population à risque. Cette approche explique aussi l'utilisation d'un adjuvant.
  • La grippe est une vache à lait pour les laboratoires pharmaceutiques (du moins les financiers qui les dirigent) qui à défaut de financer la création de nouveaux médicaments pour soigner des malades, trouvent plus profitable de proposer de vendre des produits à des gens sains pour des maladies qu'ils pourraient avoir. Il y a beaucoup plus de gens sains que de gens malades, donc le marché est beaucoup plus juteux. Il apparait que les conseillers à l'OMS ou auprès de la ministre française de la santé sont proches des intérêts des laboratoire pharmaceutiques.
  • Les premiers chiffrages font état d'une mortalité à la grippe moins importante cette année que les années précédentes dans l'hémisphère sud qui nous à précédé dans la propagation de la grippe. On peut légitimement faire l'hypothèse que les mesures sanitaires prises pour se prémunir de la grippe H1N1 ont aussi contribué à protéger une partie de la population contre la grippe saisonnière. Il apparait également que le premier pic épidémique est passé et que nous serions dans le second, donc trop tard pour que la vaccination soit utile.
  • La différence entre la grippe saisonnière et la grippe H1N1 porte sur les personnes à risque. La grippe saisonnière est dangereuse pour les personnes âgées. La grippe H1N1 est plus dangereuse pour les enfants PROPORTIONNELLEMENT, car comme ils ont moins de chance d'avoir déjà eut une grippe leur système immunitaire a statistiquement moins de chance de "connaitre" le virus de la grippe. Pour le reste de la population, ces 2 grippes ne semble pas plus dangereuses.
  • La grippe H1N1 se soigne exactement comme la grippe saisonnière (lit, limiter la monté de température et voies aérienne), sauf si le malade ressent des difficultés à respirer, dans ce cas il faut consulter en urgence.

En conclusion, j'ai le sentiment que la France a mis en place une procédure de vaccination qui ne correspond pas au risque de cette variante du virus de la grippe. Il apparait que c'est une simple vaccination des personnes à risque qui aurait du être mise en place, comme pour la grippe saisonnière. Notez que la notion de personne à risque inclus l'entourage d'une personne fragile.

Si demain le virus H1N1 mute vers une forme plus dangereuse ou juste différente, la vaccination ne garantie absolument pas de protéger la population vaccinée. Notons que nous entrons dans le pic de diffusion de la grippe et que moins de 2% de la population est vaccinée, ce qui veux dire que la vaccination n'est pas une solution pour enrayer sa propagation. Je suis convaincu qu'il ne faut donc prendre cette vaccination que comme un moyen de protection des fragiles et surtout arrêter de faire peur à la population en culpabilisant les parents.

Lisez jusque au bout l'article du Dr Dominique Dupagne, vous aurez tous les éléments pour prendre votre décision : Faut-il ou non se faire vacciner contre la grippe ?

Notes

[1] Dite aussi grippe A.

[2] La grippe issue des poulets, dont la mortalité a été estimée à 30%.

[3] La grippe saisonnière et H1N1 ont une mortalité de 0.01% maximum.

Partage Partager ce billet sur les réseaux sociaux

Commentaires

1. Le mardi 1 décembre 2009, 21:13 par Rebecca

Merci beaucoup pour toutes ces informations, ça aide à y voir un plus clair dans ce fatras médiatique.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet