François Bayrou dans une interview à France Inter a dit que "Le temps viendra où il y aura, au niveau parlementaire, des passerelles, des regroupements. Cette diaspora des élus qui ont choisi de se précipiter dans la majorité ne durera pas" et d'ajouter qu'il faut "le temps que tout le monde s'aperçoive de la réalité de l'expérience qui est en cours".

Ahhhhhhhhhhhh, en voilà de drôles de mots qui interpellent le militant qui vient de se faire trahir, pas plus tard qu'au mois de Mai 2007, par un député, partit faire la claque à Srkz, en plantant un joyeux couteau dans le dos de ceux restés fidèles au projet de François Bayrou. A moins qu'il ne parle de ces élus qui en 2002 ont eut peur de perdre leur place et ont tous quitté comme un seul homme l'UDF pour "faire vivre les idées du centre au sein de l'UMP"[1]. Ou alors il évoque les élus de la rose qui auraient toujours bien voulu travaillé avec l'UDF mais qui ne le pouvaient pas car c'était un satellite du RPR puis de l'UMP[2].

Bon alors il faudrait s'apprêter à avaler des couleuvres alors. Il a intérêt à faire preuve d'une sacrée pédagogie St François Gourou, car ce n'est pas vraiment ce pourquoi les adhérents du Mouvement Démocrate ont pris leur carte.

Et puis j'ai fait un parallèle avec le contenu d'un email échangé avec l'auteur de l'article de Mariane2 sur le financement du MoDem et du NC : la question de l'association de financement bénéficiaire des financements publics, (...) la liste des partis validés n'a pas encore été présentée par le ministère de l'Intérieur qui la rendra publique fin novembre (...).

Donc, fin novembre, nous apprendrons comment sont calculés en détail les financements des partis politiques et notamment qui est rattaché à quel parti à l'assemblée nationale. Faut-il attendre des surprises ? Se pourrait-il que la cagnotte du MoDem acquise grâce à ses 500 candidats aux élections législatives, rende finalement Bayrou attractif pour des députés en mal d'indépendance ? M'est avis que des députés UMP ou PS seraient mieux accueillis au MoDem que certains nouveaux centristes...

Notes

[1] Comme le rappelait le même François Bayrou à Seignosse en citant leur disparition définitive du paysage politique, paysage politique dont les postes clés sont exclusivement occupés par des ex du RPR.

[2] On ne parlerait pas de diaspora alors...