Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - durable

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 10 octobre 2012

Subventionner l'achat de voiture est une connerie

Tous les gouvernements l'ont fait. Donner des primes à la casse, des ristournes écologiques... Ce n'est pas à l'état de subventionner l'achat de voitures, seraient-elles même électrique, car ça ne fait que distordre le marché en finançant en fait des intermédiaires et non le consommateur ou le fabriquant, ou alors dans une faible part.

On l'a vu il y a quelques années lorsque les panneaux solaire thermiques[1] ont commencé à être subventionnés, des installations éligibles aux subvention avec un prix de 2 ou 3 fois supérieur à ceux pratiqués dans des pays comme la Turquie ou la Chine[2]. Dans le même genre, les aides au logement rendues accessibles aux étudiants en 92[3] ont immédiatement conduit à un renchérissement des loyers de tous les petits logements premier prix, provoquant un tassement vers le haut des prix et un enrichissement des propriétaires au détriments des locataires.

En fait, dès qu'une subvention est donnée sur un marché, immédiatement les prix incluent cette subvention, c'est la tendance naturelle et prévisible. Et ont se demande alors pourquoi ce genre de subvention est encore utilisée par les politiques. Je me demande si ce n'est pas par facilité, à moins que ce soit de l'incompétence... ou les 2.

En fait, le rôle de l'état n'est pas d'intervenir directement sur un marché, mais d'être un facilitateur en investissant dans les infrastructures, qui sont des investissements à très long terme, et en général à peine rentables. Typiquement, pour soutenir le marché de la voiture électrique, ce n'est pas à l'état de payer des voiture[4], mais plutôt de proposer la définition de normes pour faciliter le marché et participer à la mise en place de stations d'échange de batterie.

Et là, on imagine que si changer ses batteries ne prend plus que 3 min, presque moins de temps qu'un plein d'essence, la voiture électrique devient une vraie alternative, avec un marché ouvert aux voitures routières ou aux utilitaires. On pourrait imaginer que l'appel d'offre de l'état pour équiper les principaux axes routiers et centres urbains pourrait même imposer des usines d'assemblage et de pièces détachées à moins de 200km des stations[5] histoire de favoriser le produire en France. Au lieu de ça, le gouvernement nous fait des mesurettes en filant de l'argent aux constructeurs qui délocalisent leurs usines hors de l'Europe.

http://france.betterplace.com/the-s...

Notes

[1] Ceux qui chauffent de l'eau et pas ceux qui produisent de l'électricité.

[2] Un panneau avec ballon intégré coûte 300€ sur internet, le modèle de luxe proposé en France 2500€.

[3] Si ma mémoire ne me trompe pas, par Jospin ou Lang.

[4] Ni même à la région ou à la communauté d’agglomération.

[5] Distance parcouru par un véhicule électrique.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

samedi 1 septembre 2012

Et encore un écosystème en cours de destruction

Les dégâts de la pêche de grand fond:

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 27 août 2012

Et l'hydrogène ? Ben ça marche super bien... chez les autres

L'hérétique dans son billet Et l'hydrogène, au fait ?, se pose la question des énergie alternatives. Voici ci-dessous ma réponse, remise en page et complétée.

L'hydrogène n'existe quasiment pas dans la nature à l'état brut. C'est un gaz composé de 2 molécule d'hydrogène (H2) qui réagit en explosant avec l'oxygène de l'air (O2) pour former de l'eau. Il réagit avec énormément de composés chimique en les "réduisant" (contraire de l'oxydation). L'hydrogène est un composé présent dans toutes les molécules de la vie, combiné à l'oxygène et au carbone.

Pour le produire, il suffit de fournir suffisamment d'énergie pour casser les molécules d'eau. On fait passer un courant électrique entre 2 électrodes immergées dans de l'eau. Sur chacune des électrodes se forme du gaz, sur l'une du dihydrogène ou H2 et sur l'autre du dioxygène ou O2.

Le problème

L'hydrogène est dangereux à stoker car très explosif, donc pas très recommandé chez le particulier. Une des solution utilisée pour le rendre moins explosif, est de le combiner avec un métal précieux comme le platine (catalyseur sous la forme d'une mousse métalique) qui le rend inerte et stable. En chauffant le catalyseur, il relibère le dihydrogène progressivement (principe de la pile à combustible), mais ce catalyseur est hors de prix, donc difficilement envisageable à grande échelle, et réservé à des installations industrielles, car il se dégrade avec les cycles d'utilisation et il faut le régénérer.

Production

Par contre pour la production d'hydrogène, c'est très simple, il faut juste de l'électricité, et l'on a une production proportionnelle à la quantité d'électricité (aux problèmes d'encrassage et dégradation des électrodes près, mais gérable), ce qui est parfait pour les production solaire ou éolienne, l'hydrogène devenant une forme de stockage de ces sources d'énergie très variables.

Utilisation indirecte

Les allemand travaillent sur une autre forme de stockage de l'hydrogène, beaucoup plus intéressante que la pile à combustible: on utilise l'hydrogène pour "réduire" le CO2 et le convertir en méthane (gaz de ville), qui présente l'énorme avantage de pouvoir être injecté dans les canalisations de gaz des villes ou comme carburant d'une centrale électrique, et qui ne pose pas de problème de stockage (on sait faire). Grossièrement, on obtient la réaction suivante:

  • électricité + eau => hydrogène + oxygène
  • hydrogène + gaz carbonique => méthane + eau
  • méthane + oxygène => gaz carbonique + énergie (chauffage, moteur...).

C'est un cycle complet qui présente l'énorme avantage d'utiliser le méthane comme moyen de stockage de l'énergie, et donc permet également le transport entre un site de production d'énergie et son lieu de consommation. A noter que moyennant un petit peu plus d'énergie, on peut "réduire" d'autres molécules pour créer des hydrocarbures pour les véhicules (propane ou butane par exemple). La matière première "CO2" provient de combustions ou de fermentation qui sont d'autres sources d'énergie.

Cette solution est à mon sens LA solution d'avenir pour exploiter toutes les micro productions électriques issue des installations solaire ou éolienne, en convertissant l'électricité produite dans la journée aux heures où on la consomme le moins, en stock d'énergie pour les pics de consommation du soir par exemple.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

jeudi 7 juin 2012

Quand on vous dit que l'Open source c'est bien

Demandez-moi au sujet du logiciel libre, c'est une histoire de libertéAu quotidien à la maison, j'ai imposé des logiciels open source[1]. Mais ce n'est pas le seul endroit, puisque ces logiciels se répandent autour de moi parmi les militants du MoDem qui me côtoient. Dès que j'ai une once de pouvoir dans ce domaine, en bon dictateur, j'impose des formats de fichier ouverts, et par extension, les gens essaient les logiciels libres pour se simplifier la vie.

Au bureau c'est plus dur, car il y a les habitudes entérinées par la direction qui font que l'on préfère bidouiller avec un logiciel dont on a pas la licence, plutôt que d'apprendre à utiliser un logiciel libre. Sans compter que les clients ou prestataires échangent des fichiers dans des formats propriétaires, donc business is business, il faut bien lire ces fichiers[2]...

Je venais tout juste de m'énerver avec mon chef qui m'envoie des emails illisibles car encodés dans le format propriétaire de merde de Micro$osft[3], quant je tombe par hasard sur ce témoignage qui fait chaud au cœur:

L'open source au service de l'humanitaire

Quant on vous dit que l'Open source c'est bien !

Notes

[1] Du système d'exploitation, Ubuntu, jusqu'aux jeux, en passant par la bureautique et les outils multimédia.

[2] J'ai fait dépenser 900€ à la boite pour acquérir la licence d'un logiciel que je n'utilise que 1h par mois, mais bon, au moins nous sommes en règle.

[3] Outlook, le logiciel de l'éditeur sus-cité, encode ses emails dans un format qui n'est lisible que par Outlook, sauf si on le force à ne pas le faire. Du coup j'ai été obligé d'ajouter un plugins pour lire ses messages, ce qui est quant même ballot quant il s'agit de communiquer par email.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

vendredi 16 mars 2012

Développement durable made in Bayrou

Voici un copier/coller d'un billet de Yann Wehrling. Cela me semble approprié d'en faire la plus importante publicité possible:

Les propositions "développement durable" de François Bayrou

La mutation que nous connaissons est une étape, irréversible, vers un autre modèle environnemental. On ne pourra plus revenir en arrière. C'est à une production et à une consommation plus durables, à un meilleur respect des ressources rares, à la lutte contre le réchauffement climatique que nous devons nous atteler. C'est le but de l'écologie positive, tout entière au service de l'homme et de la nature. La France doit être pionnière en la matière.

  1. Financer les politiques de développement durable : créer un fonds d’investissement dédié au développement durable, alimenté par les quotas carbone issus du protocole de Kyoto, l’investissement privé, et l’épargne populaire. Il investira dans l’efficacité énergétique du logement et des transports, dans le capital des projets industriels d’énergie renouvelable, la recherche dans le domaine des énergies nouvelles, et la restauration et la préservation de la biodiversité ; Créer un malus environnemental sur les produits de consommation les plus nuisibles à l’environnement
  2. Créer un consortium européen de l’énergie renouvelable, à l’image d’EADS, en lien avec nos partenaires européens
  3. Moduler dans un cadre européen l’impôt sur les sociétés en fonction de leurs performances environnementales ;
  4. Rénover le bâti ancien pour limiter nos émissions de CO2 : simplifier et amplifier significativement le mécanisme des certificats d’économie d’énergie ;
  5. Créer un organisme public / privé pour accompagner les projets de rénovation énergétique, intervenant directement auprès des particuliers propriétaires ou des entreprises pour les conseiller dans les travaux les plus efficaces à envisager et pour faire le suivi des travaux afin que ces derniers soient effectués avec le plus d’efficience possible ;
  6. Moduler la taxe sur le foncier bâti en fonction de la performance énergétique des bâtiments ;
  7. Conforter l’indépendance de l’Agence de Sureté Nucléaire en intégrant des experts européens et en donnant aux citoyens la possibilité de poser des questions avec obligation pour l’agence de donner une réponse publique ;
  8. Stabiliser et simplifier les règlementations administratives et fiscales pour les énergies renouvelables sur les 20 prochaines années ;
  9. Préserver la biodiversité : limiter l’imperméabilisation des sols en France à terme à 10 % maximum du territoire, en modulant notamment les dotations de l’Etat en fonction de la maitrise de l’étalement urbain ;
  10. Organiser un débat sur l’avenir de la production électrique en France, dès le début de la mandature, dont l’objectif est de définir un scénario et une feuille de route à un horizon 2030, avec des rendez-vous d’étape tous les 3 ans. Cette feuille de route devra assurer à la fois l’approvisionnement électrique nécessaire, réduire le plus possible le recours aux énergies carbonées en visant un développement massif des énergies renouvelables qui devraient atteindre en 2030 40% de la production électrique française ; Pour le nucléaire, énergie de transition, la garantie de sécurité des installations est non négociable.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

jeudi 23 février 2012

La preuve irréfutable du réchauffement climatique

La preuve irréfutable du réchauffement climatique

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

jeudi 8 décembre 2011

Live twitt : Café dém "Sortir du nucléaire ? Chiche !"

Voici le live twitt du Café démocrate.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 5 décembre 2011

Sortie du nucléaire ? Chiche !

Lorsque je cherche un visuel pour les cafés démocrates, il est rare que je tombe sur une image qui exprime autant l'idée qui est sous-jacente dans le titre choisi par Christophe pour le prochain CafDem.

La centrale de Rancho Seco (Californie) près de la centrale nucléaire © ADEME, photo Alain Liébard (trouvée ici)

Les cheminées éteintes d'une centrale nucléaire désaffectée avec au premier plan un champ de panneaux solaire. Le message est clair. Aucune retouche ou recadrage de l'image n'est nécessaire.

Venez vous instruire et partager lors du prochain CafDem, jeudi 08 décembre à 19h30 à Nice, brasserie Borriglionne.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

dimanche 13 novembre 2011

Nucléair: Bayrou précise sa position et moi aussi

Mes précédents billets sur le sujet du nucléaire civile étaient pour le moins peu tranchés (ici et ). François Bayrou a tenu en substances les propos suivant lors de son dernier passage sur France Inter: les spécialistes me disent que l'on peut le rendre sûr et cela permet de transformer nos déchet actuels en combustible nucléaire de demain, donc je ne suis pas opposé aux centrale de nouvelle génération (je caricature un peu son propos).

Je ne l'aurais pas dit ainsi, et les précautions de langage de François Bayrou ne m'ont pas semblé apporter de la clarté, mais je suis globalement assez d'accord sur la conséquence.

Mon point de vu:

  • Le remplacement de la production énergétique d'origine nucléaire par des sources alternatives, peut prendre des décennies. Avec une électricité produite à près de 70% par des centrales nucléaire et une consommation d'électricité qui ne cesse de croître, tous les efforts de réduction de la consommation et la mise en œuvre de nouvelles sources prendra du temps, plus d'une génération.
  • Une partie importante des centrales actuelles arrivent ou ont déjà largement dépassé le terme de leur cycle de vie programmé. Même rallongé de 10 ans, elles ne pourront pas pourvoir à la fourniture d'énergie, ne serait-ce que durant les 20 prochaines années. Nous allons donc entrer en déficit d'énergie très, très vite.

Conclusion, sauf à ce qu'une nouvelle révolution technologique intervienne dans moins de 10 ans, notre pays risque de devoir construire une ou plusieurs nouvelles centrales, juste pour maintenir la quantité d'énergie que nous consommons actuellement. Je rappel que les énormes gains réalisés par les industriels et dans les technologies énergivores, ont tous été compensés par un accroissement de la consommation globale. Donc s'il est réaliste de penser que nous pouvons commencer à stopper la croissance de consommation, il sera plus dur et plus long de passer dans un processus décroissant.

Du coup, si l'on ne peut se passer de construire de nouvelles centrale, la question se pose légitimement de savoir si l'on créé une centrale nucléaire classique, une centrale consommant de l'énergie fossile[1] ou une centrale nucléaire de nouvelle génération (surgénérateur) qui présente, entre autre, l'avantage de pouvoir utiliser les déchets des centrales classiques comme combustible ?

Et tout ce que je viens de dire n'est pas incompatible avec un projet de sortie progressive du nucléaire, c'est juste une histoire de calendrier. François Hollande me semble être dans cette même logique, qui consiste à dire que l'objectif est la sortie, mais pas à n'importe quel prix.

Notes

[1] Pour moi, les fermes d'éolienne ou les centrales à énergie dite propres, ne suffiront pas et ne concerne pour l'instant que le delta à la marge, pas le coeur de la production énergétique. Mais cela pourra changer.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

jeudi 22 septembre 2011

Incendie dans la réserve ornithologique de St-Laurent-du-Var

C'est une affreuse nouvelle que publie Nice Matin, avec un incendie de la toute petite réserve ornithologique qui se trouve à l'embouchure du Var, entre Cap3000 et l'aéroport.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 29 août 2011

Picorage : liens en vrac depuis twitter

Comme ce que l'on note sur twitter est archivé sur les serveurs de twitter et disparait au bout d'un certain temps, je note quelques uns des liens les plus intéressants :

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

jeudi 14 juillet 2011

A quoi servent les spéculateurs ?

Réponse immédiate, à rien, puisque c'est du parasitisme. Mais alors pourquoi leur facilite-t-on la tache ?

La vente à découvert est un mécanisme qui existe sur les places de marché qui ne cesse de m'interroger : vous arrivez le matin avec 0€[1] et 0 titre, juste votre crédibilité. Vous proposez à la vente des titres que vous n'avez pas. Dans la journée, vous achetez les titres que vous avez vendu le matin, idéalement, comme vous en avez proposé quelques millions à la vente, le cours a baissé, du coup vous les achetez un petit peu moins chère que ce que vous les avez vendu le matin. La différence, c'est le bénéfice de la journée.

Allez, un autre mécanisme à la con, les transactions à la micro seconde. Vous programmez un ordinateur pour vendre et acheter les mêmes titres en très grosse quantité avec un intervalle de quelque microsecondes. Si la valeur du titre est sur une courbe en hausse ou en baisse, ces transactions rapides ne changent pas la tendance, mais entre chaque ordre, il peut y avoir une différence de quelques centimes dans la valeur du paquet de titres échangé. Répété des millions de fois, ce sont des milliers d'euro qui émergent.

Production de richesse, nulle, soutien à l'économie réelle, nul.

C'est de la spéculation pure, sans aucun intérêt économique, qui enrichie des individus, mais pas les collectivités. Pourquoi l'autorise-t-on ?

A l'ère de l'informatique, il est facile d'imposer que pour faire une opération d'achat il faut disposer des fonds et une opération de vente des titres, ou à minima les garanties. Cela stériliserait immédiatement l'essentielle de la spéculation court termiste.

Notes

[1] En fait il faut avoir un petit pourcentage en liquidité du montant avec lequel vous allez "jouer", et que le titre soit notoirement disponible.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

jeudi 9 juin 2011

Image, art et temps

http://weblog.sinteur.com/index.php...

Note : je tag cette image avec "Durable" car la survie de l'art fait aussi partie à mon sens d'une réflexion sur le durable, il n'y a pas que les salades ou le nucléaire ;)

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

dimanche 5 juin 2011

Picorage : immigrés et école, des algues pour produire de l'énergie

  • Le gouvernement de Srkz nous a habitué aux déclaration à l'emporte pièce sur tout et n'importe quoi, dans sa frénésie de communication à tout va. Claude Guéant semble être en pointe dans cette frénésie, avec comme cause aggravante, une vision de la société emprunte de racisme. Il déclarait que "les deux tiers des échecs scolaires, c'est l'échec d'enfants d'immigrés". C'est faux comme le dénonce Bayrou et ce billet de MarianneRepublique : Echec scolaire des enfants d’immigrés : Bayrou a raison contre Guéant
  • Les végétaux produisent de l'énergie avec de faible rendement mais en très grande quantité. Alors pourquoi ne pas utiliser certaine micro algues pour cela ? Production d'énergie à partir de micro-algues marine : le défi de l'industrialisation. A noter l'intéressant échange sur le mur de Yann Wehrling de Facebook faisant la promotion de ce lien, dont j'extraie quelques commentaires :
    • Francois Artopoeus Un consortium nommé BFS aurait mis au point un procédé industriel visant à produire du carburant à partir d'algues se développant dans un système greffé à une unité industrielle très polluante, recyclant le CO2 de cette dernière pour la convertir en simili-pétrole. A priori ils ont déjà installé un système sur une cimenterie en Espagne. D'après leurs dires, leur système permet de réaliser en quelques heures ce que la nature fait en plusieurs milliers d'années. Cela n'est pas la panacée, mais si leur système est viable, il permettrait de recycler le carbone dans l'air pour le réutiliser comme combustible, plutot que de continuer à extraire du carbone fossilisé.
    • Bruno Lardoux Si je suis pour de véritables énergies alternatives, ce n'est pas pour nous embarrasser de suies et de scories supplémentaires. En ce sens, la valorisation des déchets sous forme de méthanisation est des plus intéressantes, sachant que le méthane peut être utilisé à autre chose que la combustion.
    • Orange Pressé ?@Bruno : Pour une fois, je suis d'accord Joel. Nous ne pouvons faire l'impasse sur ce genre de technologie. Dans bon nombre de pays, ces usines polluantes sont nécessaires au pays. Qu'on réduise leur impact par ce biais est un moindre mal.
    • Henri Lelièvre Les micro-algues posent le problème de la prolifération potentielle et d'un mauvais rendement (car dans la nature une grande partie de la photosynthèse est utilisée pour autre chose que pour produire de l'énergie). La solution est plutôt l...a photosynthèse artificielle: On copie les mécanismes naturels et on produit de l'hydrogène par photosynthèse et elle est stockée sur place comme dans une pile à combustible. L’électricité est ensuite produite à la demande en produisant de l'eau. Ca nécessite de l'eau, du cobalt et du graphène (éléments abondants et peu couteux) comme le montre le prototype du MIT. Si on met le paquet c'est une technologie passable à l’échelle industrielle d'ici 10 ans. Centrales thermiques et nucléaires seraient ainsi dépassées.
    • Yann Wehrling En matière d'énergie et de recherche, une seule solution ne donnera rien. Le mix de plusieurs pistes, bien plus.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

lundi 30 mai 2011

Nouvelle ère énergétique

  • Fin de l'ère du pétrole
  • Début de l'ère des alternatives

Source : http://www.washingtonpost.com/opini...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mardi 10 mai 2011

Une petite réflexion sur le nucléaire

cedric-augustin.eu.jpgJe disais il y a peu que j'étais bien en peine d'avoir une idée tranchée sur la question de l'énergie nucléaire.

J'ai discuté il y a peu avec une connaissance qui travaille dans ce domaine, qui évoquait les futurs centrales nucléaires qui viendront remplacer dans quelques temps celles que nous utilisons et qui se rapprochent de leur fin, quant elle n'est pas déjà dépassée.

La logique consisterait à promouvoir les surgénérateurs qui présentent l'avantage de produire beaucoup plus de calories pour des quantités de combustible fissible (et donc de déchet) nettement moindre (un facteur 100 est cité dans l'article de wikipédia), avec en prime, la possibilité d'utiliser comme combustible complémentaire des déchets des centrales nucléaires actuelles, offrant un moyen de les retraiter pour certains de ces déchets.

Bref que du bonheur ces surgénérateurs.

Sauf qu'il y a eut l'accident au Japon qui nous rappel cruellement que non seulement les hommes sont faillibles, mais qu'en plus il y a toujours un scénario improbable qui le devient lorsque l'on combine plusieurs problèmes ou qu'ils se produisent en chaine.

Et là, je lis, toujours dans l'article de wikipédia, que les modèles de surgénérateurs étudiés en France utilisent comme liquide caloporteur du sodium liquide[1]. Pour ceux qui ne le savent pas, le sodium est un élément qui lorsqu'il est pur réagit très violemment avec l'oxygène de l'air et surtout avec l'eau. Autant dire qu'en cas de pépin en chaine dans une centrale utilisant ce genre de produit, il n'est pas question d'en balancer quelques kilo dans un coin, le temps de réparer, comme les japonnais l'on fait en libérant dans l’atmosphère ou la mer quelques tonne d'eau radioactive, histoire de gagner du temps pour remettre le patatras en route[2].

Ma question de novice fut "mais avec l'accident qui vient d'avoir lieu, il n'y a pas de remise en cause du choix du liquide caloporteur ?" Hésitation de mon interlocuteur. Il n'en a pas entendu parlé[3]. Dans d'autres pays on utilise des métaux moins risqués que le sodium comme liquide caloporteur, tels que le plomb, et je me demande comment on arrive en France à faire des choix aussi risqués.

Et là je me dit qu'entre les intégristes de la suppressions des centrales nucléaires, et le lobby de l'industrie du nucléaire, ça va pas être facile de discuter. Si la position de Bayrou et du MoDem sur le Nucléaire à le mérite d'être réaliste et de prôner la transparence[4], je suis assez impatient qu'il soit en mesure de lancer ce genre de grand débat national d'orientation comme il l'a promis[5].

Pour en savoir plus :

Notes

[1] Le principe d'une centrale, nucléaire ou à charbon, c'est d'avoir un four qui chauffe, dans lequel on fait passer des tuyaux avec un liquide caloporteur pour récupérer la chaleur et l'utiliser à l'extérieur du four, dans une turbine.

[2] On peut s'affoler de la manœuvre, mais c'est rien par rapport à une réaction nucléaire qui s'emballe.

[3] Bon c'est pas son rayon, lui il s'occupe de concevoir les systèmes de manutention du combustible.

[4] Je n'ai pas retrouvé ses propos qu'il a tenu dans une émission il y a peu.

[5] Plutôt que d'avoir une position dogmatique comme certains.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

mercredi 20 avril 2011

Picorage : MIN de Nice Côte d'Azur et les eaux autour du Var, le point du jour à St Laurent du Var

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

QR code

- page 2 de 4 -