Didier Bariani, vice-président de l'UDF, a mis en garde François Bayrou contre la « fuite en avant » que constituerait, selon lui, une disparition de l'UDF au sein du Mouvement démocrate (Modem), actuellement en voie de création. Souhaitant que l'UDF demeure une composante distincte au sein du nouveau mouvement, ...

On a entendu certains Cap21 tenir le même propos : ils veulent constituer un courant écologiste au sein du Modem. Et maintenant certains UDF.

Jusqu'en 2002 1998, l'UDF était une fédération de partis, avec des chefs qui se tiraient dans les pattes, des courants qui faisaient tout pour avoir une identité visible. Une dépense d'énergie considérable au détriment de l'action du parti et donc de son influence sur le reste de l'échiquier politique. L'UDF était par nature le champion des compromis, incapable d'imposer quoique ce soit.

En 2002, l'UDF est devenu un parti unique, plus de courants, plus de fédération. On a vu depuis la montée fulgurante de François Bayrou et l'émergence d'une identité, d'une approche qui a fédéré 92% des militants en 2006. Je suis adhérant depuis 2005 et pour moi, c'est un non sens de vouloir revenir à une organisation qui a fait les preuves de son inefficacité. L'UDF et Cap21 ont vocation à se dissoudre dans le MoDem, a y apporter leur richesse, pas leur différents.

Pour faire un peu de provocation, ce qui me connaissent savent que j'adore, que reste-il de l'UDF "historique" ? Sur 30 ou 40 000 adhérants, 10 000 sont de nouveau adhérents de 2007 inscrits entre janvier et mai, soit des adhérents qui ont rejoint l'UDF pour les même raison que ceux qui ont rejoint le MoDem. Sur ce qui reste, le nouveau centre aurait recruté 4 à 5000 déçus du Bayrouïsme, qu'il va falloir rayer des listing (on ne peut avoir sa carte dans plusieurs partis à l'UDF). Reste donc 10 à 20 000 adhérents, dont la majorité a suivie François Bayrou depuis février 2006 et le vote de la motion d'indépendance de l'UDF. Donc à vue de nez, en faisant des approximations grossières, je dirais que maximum 1/3 des adhérents UDF pourraient avoir un problème avec le projet de fondre l'UDF dans le MoDem, et encore, quant je dis un problème cela ne veut pas dire qu'ils seraient contre (si on leur explique bien).

En conclusion, vouloir garder l'UDF n'a pas grand intérêt et peu d'adhérents de l'UDF devraient y être attaché (je prend mes désirs pour des réalités).

Tag : préparation Forum-democrate-seignosse-2007