La question de la présence d'un mouvement jeune au sein du Mouvement Démocrate est toujours d'actualité. J'en avais parlé lors du Forum des Démocrates de Seignosse, durant lequel le président des jeunes UDF, Jean-Yves de Chaisemartin, a donné sa démission.

Au mois d'août, un nouveau site web dans la sphère MoDem a vu le jour, www.jeunes-democrates.org qui se propose d'organiser l'émergence d'un Mouvement Démocrate Jeune au sein ou plus vraisemblablement en paralèle du MoDem.

Le mois dernier un entretien entre Xavier Le Quéré, et François Bayrou a été mis en ligne sur le site du Mouvement Démocrate, dans lequel François Bayrou explique ses réticences, notamment :

  • le vieillissement de la population et le risque que les élus n'écoutent que les anciens.
  • lorsqu'il y a un mouvement jeune, ses membres se replient sur eux même et sur leur organisation.
  • un mouvement jeune consomme l'énergie des militants jeunes dans les lutes intestines, au détriment de leur influence dans le mouvement adulte, alors qu'il est essentiel que les jeunes soient présent dans toutes les fonctions du mouvement adulte.

Bien que n'étant plus jeune au sens des statuts de l'UDF, le peu que j'en ai vu, m'amène à penser effectivement que si l'on arrive a créer une nouvelle forme de mouvement, ce sous ensemble n'a pas réellement d'intérêt. En effet, à part l'audace et la liberté de ton, que peut apporter en plus un mouvement jeune en terme de manière de faire de la politique, de projet, d'idéologie, d'organisation...

Hors qu'est ce qui caractérise le MoDem et ses adhérents ? C'est un mouvement rajeuni par rapport aux autres partis, des adhérents connectés via internet, très attaché à leur indépendance (émancipation comme dit Bayrou) et qui ont ce ton libre et cette audace qui était la signature du mouvement des jeunes au sein de l'UDF.

La seule chose qui est importante pour que les jeunes puissent exister au sein du MoDem est de les associer dans l'organigramme du parti. Un peu comme la parité, envisager des quotas minimum en fonction de l'âge, dans un sens comme dans l'autre d'ailleurs, les ainés aillant aussi des choses à apporter. On pourrait très bien définir dans les statuts, que les listes de candidats ou dans les instances du parti soit représentatives du corps électoral. Une trop grande disparité conduirait à une invalidation du scrutin. S'il est impossible en France de part la loi de vérifier la représentativité en terme de religion ou de couleur de peau, en revanche, le sexe et l'âge sont des données qui peuvent être utilisée pour analyser la représentativité. Une petite grille de tableur avec une macro devrait faire l'affaire, en traçant la courbe du corps électoral et celle des élus. A verser comme contribution aux statuts du MoDem.


A quoi sert un mouvement jeune en politique ?
François Bayrou 2007