A l'occasion de ces élections américaines, nous découvrons, nous français qui savons toujours mieux que les autres, le modèle démocratique américain qui est sacrément complexe.

Il faut se rappeler la raison d'être de cette complexité, la distance

Les États Unis sont vastes, très vastes si on les compare à notre Europe et encore plus si on les compare à la France. Vous vous rappelez de la raison de la constitution des départements ? C'était une unité administrative dont les contours étaient à environ 1 jour maximum de cheval de la préfecture. Quant on imagine la taille des USA, du temps des transports à cheval et en chemin de fer, on réalise tout de suite qu'organiser un scrutin à l'échelle d'un tel pays est une autre affaire.

La France aussi a eut pendant longtemps de grand électeurs pour élire le président de la république, ce n'est que depuis 1958 que l'on vote au suffrage universel direct. Au USA, le processus électoral prenait plusieurs mois. Il y a donc une tradition du vote anticipé et du vote par correspondance, pour permettre aux électeurs du fin fond de l'Amérique de s'exprimer. Ils votent donc pour des représentants qui se déplaçaient ensuite à Washington pour élire le président de la fédération.

Beaucoup de systèmes de vote

En plus de ce principe des grands électeurs, il y a les spécificité de chaque État:

  • Certain ont introduit une dose de proportionnelle dans la désignation des grands électeurs (une partie des grands électeurs au vainqueur et l'autre à la proportionnelle), d'autres pas (le vainqueur emporte tous les grands électeurs envoyés par l'État à Washington).
  • Certains États disposent d'une surreprésentation en raison de l'histoire: les États du sud, qui avaient beaucoup d'esclaves, disposaient donc d'un poids supplémentaire pour choisir le président, bien que les esclaves ne votent pas. Cet avantage existe toujours et est farouchement défendu par les états du sud.
  • Le dépouillement des votes par correspondance se fait pour certain en avance, d'autres au contraire qu'une fois que les bureau de vote sont fermés.
Une facilité pour voter

Les américains sont considérés comme votant peu, et donc il y a beaucoup de facilité pour leur permettre de voter:

  • Ils peuvent voter par correspondance, un mois à l'avance et jusqu'au jour du scrutin, le cachet de la poste faisant foi.
  • Ils peuvent voter en avance dans leur bureau de vote, plusieurs semaines avant.
  • Ils peuvent voter sans justifier de leur identité le jour du vote ou par correspondance, mais doivent la justifier par la suite pour que leur vote soit comptabilisé. C'est pour ça qu'il y a des votes non comptabilisés et mis de côté.
Les grands électeurs versus le vote populaire

Pour nous français qui avons pris l'habitude du suffrage direct, ce n'est pas facile de comprendre qu'un président peut être élu avec moins de votes que son concurrent, s'il remporte la majorité des grands électeurs. C'est ce qui est arrivé en 2016, où Trump a eu moins de vote populaire que Clinton, mais plus de grands électeurs. Ceci vient du fait que le poids des grands électeurs n'est pas proportionnel à la population.

La crise Trump

Le président sortant Trump a décidé de remettre en cause le système électoral, en criant en permanence à la fraude. Il a pu le faire en raison de la complexité de ce système électoral. Cette complexité permet d’alimenter toutes les théories du complot. La confiance qui existait avant dans le système électorale est durablement corrompue par cette attitude de Trump, qui a convaincu des dizaines de million d'américains qu'ils ne pouvaient plus avoir confiance dans le système électoral. Je ne suis pas un spécialiste, mais je pense que le nouveau gouvernement devrait engager une réforme de simplification du système électoral des USA, pour tacher de reconstruire la confiance, mais c'est pas gagné.

Cette grande démocratie, certes diablement complexe, que sont les USA, a été salement amochée. Si elle n'est pas réparée, d'autres crises sont susceptibles de nous éclabousser jusqu'en Europe.