Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 13 décembre 2014

Les joies du code: quand le chef veut faire le point a 5 heures le vendredi

Source

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 16 novembre 2014

Lire tue

Lire tue l'ignorance et les préjugés Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique

Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales.

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

Source: image, texte. Note: j'ai fait une copie du billet original car le blog dont il est issu ne semble plus en activité et son nom de domaine est expiré.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 9 octobre 2014

Je vous dirais bien...

...quelques trucs au sujet de plein de chose, mais je ne sais comment le rendre intéressant. Peut-être suis-je moi aussi las, comme beaucoup de français, désabusés par nos édiles, si médiocres, si mercantiles, si menteurs.

Un ex président de la république dont les casseroles tintent de toute part, qui se lance dans la campagne interne de son partis avec la présidentielle en ligne de mire. Les militants de l'UPM vont assurément l'élire, convaincus qu'ils sont par le complot médiatique hourdit par les vilains journalistes de gôooche. Ce mec a endetté la France pour 800 milliards d'euro, dont près de la moitié directement imputable à ses choix politiques[1]. Il a dépassé le plafond de campagne de l'élection présidentielle de 2012 du double du montant autorisé[2], mais il ne savait rien et prétend gouverner la France. Il y a régulièrement des affaires judiciaires qui lui collent aux basque: aucun président n'en a eu autant que lui, même Chirac et Pasqua en ont fait moins[3]. Et pourtant, les militants de l'UMP le veulent pour gouverner la France. Misère.


Le livre le plus vendu de la rentré est une histoire d'adultère. C'est donc ça qui fait encore un peu rêver les français, les frasques de nos dirigeants. Pendant ce temps là, les projets de loi liberticides, sous couvert de terrorisme, sont votés en douce au parlement, permettant la censure sans jugement des sites web par l'administration. Mais qui se soucie encore de la liberté d'expression ?


Des pilotes payés 7 fois mon salaire font une grève pour protéger leur corporation. Ils ont fait chier tous le monde dans tous les aéroport pendant 2 semaines pour quoi ? Rien, pour eux et des pertes pour l'entreprise les employant. A l'autre bout de l'échelle sociale, des conducteurs de métro se mettent en grève parce que leurs collègues sont sanctionnés pour avoir conduit alcoolisés. Ces gens privilégiés ont-ils perdus tout sens des réalités ?


Quelqu'un a compris ce qui se passe au moyen orient ? Je suis pour ma part assez désespéré, même si de loin, j'ai le pressentiment que le président français s'en sort pas trop mal en ce moment, mais après des mois d'hésitation qui vont coûter chers. Donc les USA ont envahi l'Iraq sur un faux prétexte d'armes de destruction massive, les copains de Bush ont fait leur business sur place et maintenant c'est fini, donc les USA se retirent du pays et les pires islamistes s'emparent d'une partie du pays avec une ville riche et du pétrole. Les mêmes fous furieux ont infiltré l'opposition au président Syrien[4] se retournent maintenant contre les opposants au dictateur pour s'emparer des villes Kurdes, que les Turcs sont bien contents de voir tomber, et donc ils font semblant de s'agiter, mais sur place. Si on regarde la carte d'un peu plus loin, on découvre que l'ennemis de toujours des USA, l'Iran, est redevenu un interlocuteur, Israël pendant ce temps là, fait sa petite guerre avec les tarés palestiniens qui envoient des roquettes livrées par les Egyptiens, qui après être passés brièvement par une démocratie, sont revenus en dictature militaire. À côté la Libye est en ruine totale et on commence à se demander si l'intervention de Srkz dans ce pays n'était pas pour couvrir le financement de sa campagne de 2007... Bordel de merde de pompe à chiotte, mais les gens normaux font comment pour vivre dans ce merdier où chaque petit chef de guerre viole et assassine à tour de bras ceux qui ne lui prêtent pas allégeance. Ne sortira-t-on jamais du moyen age ?


Bon voilà, juste quelques exemples déprimants. Je suis désolé de contribuer par ces lignes à l'atmosphère dépressive de la France, mais franchement il y a de quoi.

Notes

[1] L'autre moitié serait imputable à la crise

[2] On parle ici de près de 38 millions au lieu des 22 autorisés.

[3] Ou ont été plus discret.

[4] Que Srkz recevait en grande pompe en France, tout comme Ben Ali, ou Kadafi...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 7 septembre 2014

Je suis un libéral anti-capitaliste qui pleure

Il y a un truc que je ne comprend pas, pourquoi la libre concurrence est si compliquée comme sujet politique à aborder.

Libéral ne veux pas dire capitaliste

Nous vivons dans un pays capitaliste, bien que les capitalistes vous diront le contraire à cause des diverses taxes. Notre modèle de société est bien basé sur la propriété privée et son enrichissement, indépendamment du travail, le capitaliste possédant un capital à faire fructifier. Pour moi donc, une société capitaliste est avant tout basé sur la finance et non sur la production de richesse par le travail.

C'est en cela que je suis anti-capitaliste ET libéral: l'enrichissement exclusivement financier est du parasitisme. C'est une création fictive de richesse au détriment de la création réelle de richesse (manufacture, agriculture, services, industrie...). Or le libéralisme est avant tout une approche de la manière de produire de la richesse RÉELLE. Les libéraux mettent aux cœur de leur projet de société la libre concurrence: tous les compétiteurs doivent jouer avec les mêmes règles de départ et que le meilleur gagne. Les capitalistes n'ont que faire des règles équitables, et tendent vers le monopole qui est la situation optimal d'un modèle capitalistique, puisqu'il assure le revenu maximum pour le capital en détruisant la concurrence.

Libéral de gauche ou de droite, voir du centre

La notion de libéralisme n'est pas de gauche ou de droite. C'est la dialectique des communistes qui mélangent capitalisme et libéralisme constamment dans leurs discours qui interdit au peuple de gauche de se revendiquer libéral. De même avec le vocable d'ultra libéral. C'est en soit un contre-sens, car la liberté ne peut se concevoir sans règle, donc vouloir supprimer l'arbitre (l'état), c'est l'anarchie pas le libéralisme.

Les libéraux défendent la présence d'un état suffisamment fort pour être l'arbitre et le créateur des règles du jeu économique, mais pas seulement. Il existe également des pans entier de la société qui ne peuvent être du ressort de l'économie et donc impliquent un rôle de l'état: l'armée et la police, battre la monnaie, édicter les lois et rendre la justice, la diplomatie...[1].

Certains, comme François Bayrou qui se revendique libéral, ajoutent également le devoir de corriger les inégalités introduites par l'économie de marché. Et c'est cette dernière position que je partage qui permet de défendre le modèle de société français, du moins celui que je souhaite à notre pays. La liberté d'entreprendre ne s'entend que si elle ne se fait pas au détriment des plus fragiles, car nous ne sommes pas tous égaux, donc sans mécanisme de correction, c'est simplement la loi des plus forts.

Et en ce moment ?

Hélas, notre pays n'est pas assez libéral à mon goût, notamment en matière d'équité. Je voudrais entendre le gouvernement, quelque soit sa couleur politique, s'engager sur l'équité: mêmes règles économiques pour tous, mêmes règles face à l'impôt pour tous, mêmes chances à l'école pour tous, même justice pour tous... C'est un projet de société qui est capable de fédérer au delà des clivages politiques classique. C'est ce projet que François Bayrou porte depuis des années, et c'est le seul capable de mobiliser l'énergie de notre pays en temps de crise.

Notre président, François Hollande, est loin, très loin, de ce projet, englué qu'il est dans les réflexes d'état providence de la gauche française pendant ses 2 premières années de mandat. Ce ne sont pas des subventions ou des emplois aidés qui vont faire avancer ce pays, mais une route, un chemin vers l'équité, même si ça fait mal. On ne peut pas demander au peuple de se serrer la ceinture sans perspective. Or quelle est-elle ? Attendre le retour de la croissance pour recommencer comme avant ! Elles mènent à quoi les réformes, si tant est qu'il y en ait d'importantes ? Comment motiver un peuple a accepter de souffrir pour des réformes difficiles, si c'est pour qu'au final, les mêmes in-équités perdurent à l'identique. Il faudrait que ce peuple soit maso... ou alors il ne s'intéresse déjà plus à ce président: 13% d'opinions favorables.

Srkz a foncé dans la dette tête baissée en chantant, Hollande hésite et danse, un pas en avant, puis de côté et un pas en arrière. Mais où allons nous bordel de merde !

Note

[1] Fonctions régaliennes.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 29 juillet 2014

Dans ton chat: UMP, la copine à Sam et Obama

Petites quotes du site d'inutilité publique, dans ton chat:

dou! : T'aurais voté Obama, toi ?
herv : Non, j'aurai voté blanc.

Source


<noE> tu ressemble a la copine a Sam
<soi-fong> Sam il a jamais eu de copine...
<noE> justement
<noE> tu ressemble a rien

Source


<Markala> : Un jour j'ai lu UMP à l'envers et j'ai tout compris

Source

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 30 juin 2014

Bonsoir, bon match... non mais m'enfin !

Tous les collègues qui partent ce soir en disant "bonsoir, bon match". Suis-je le seul à ne rien à en avoir à cirer de regarder des millionnaires jouer au ballon ?

Je n'aime pas le foot !

Comme ça c'est dit. C'est un sport gangréné par l'argent à tous les niveaux. Quant j'apprends qu'à St Laurent du Var, la moitié de la subvention (80 000€ quant même) sert à payer des primes de match à des gens supposés s'amuser. Et pire, s'ils n'ont plus de prime de match, les mecs vont se barrer dans le club d'à côté, conduisant à l'effondrement du club.

Non mais sérieux quoi. Moi je paye pour faire du sport, je paye pour que mes enfants fassent du sport, toute la famille donne de sa personne bénévolement pour aider les clubs. Et les autres se font payer pour jouer le dimanche en match départemental.

Foutez-moi la paix avec votre sport pourri jusqu'à la moelle. Je regarderai le foot[1] quant les joueurs ne seront pas payés, et qu'ils joueront pour une fleur ou une coupe en plastique avec un gobelet de coca et une part de pizza à la remise des prix. Comme tout le monde, dans tous les clubs. Les subventions c'est pour faire tourner les clubs, leur donner les moyens d'acheter ou d'entretenir le matos, de payer les déplacements, d'organiser de grands évènement qui font connaitre la ville. Ce sont les sponsors qui payent les sportifs, en achetant leur image.

La dernière fois que je me suis forcé à regarder un match de foot, c’était au final pour voir un mec foutre un coup de boule à un autre en gros plan, avec des parents et des mômes fan de foot, effondrés, la larme à l'oeil. Super.

Note

[1] Le Tennis, la formule 1... même combat.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 13 juin 2014

Les jours chauds arrivent, surtout ne pas mollir

Ne mollis pas !

dessin_du_jour_20140611_Ne_mollis_pas.jpg

Petit dessin réalisé par le taulier de ce blog, sur un tableau au bureau, que l'on peut voir comme une représentation bucolique de l'été, ou une évocation tendancieuse du capitalisme... au choix.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 15 mai 2014

Les joies du code: quand je corrige discretement un bug bloquant en prod pas encore remonte par le client

Quand je corrige discrètement un bug bloquant en prod pas encore remonté par le client[1]

Source

Note

[1] Et ça arrive beaucoup plus souvent que vous ne l'imaginez.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 1 avril 2014

Spéciale dédicace pour Cyril

Pour Cyril qui a décidé de retourner pêcher:

Le mérou >cCC{°>
La daurade <)><
La baudroie »<|°)¨`
La sardine <>«
La bonite }<((>

Format adapté pour twitter ;)

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 14 mars 2014

Le groupe versus la solitude: auto-analyse à 2 balles

Lorsqu'en 2009 j'ai publié sur ce bloc un billet parlant des toilettes de ma mère, mon pote Fabien s'était écrié quelque chose comme quoi il y avait tout le matériel dans ce billet pour une analyse psychanalytique[1]. Sur le coup cela ne m'avait pas le moins du monde effleuré.

Mais il n'y a pas que sur mon blog que je me dévoile à mon insu. Régulièrement, au bureau, je fait de petits dessins sur les tableaux avec ou sans texte, juste histoire d’interpeller ou d'amuser mes collègues. En ce moment, l'idée c'est d'imaginer ce qui se passe avant ou après l'image. Voici les 3 derniers dessins que j'ai réalisé ce mois-ci:

Lorsque j'ai fini le dernier, un de mes collègue a fait la remarque suivante: "C'est toujours l'histoire d'un mec seul sur tes dessins.". Et là j'ai profondément été interpellé par sa remarque. Non de non de bordel de merde, il a raison ! Ces dessins sont une piquante illustration d'un état d'esprit du moment. Une noirceur passagère. Ce n'est pas la première fois que ce blog est témoin d'état d'âme sombres.

Lire ce blog chronologiquement, avec en parallèle ce qui est publié sur les réseaux sociaux serait extrêmement instructif des fluctuations psychique de son auteur. J'ai beau essayé de contrôler ce que je publie, le simple fait de publier est en soit un bout de soi mis à nu. C'est d'autant plus vrai quant je fais un lien avec mes pets d'esprit (nouvelle, roman, poésie ou chanson) qui ne sont pas publics à ce jour: à une époque sombre, le roman commencé ne parlait que de personnages seuls face à l'adversité. Dans une période plus enjouée, le nouveau roman entamé parle de groupes d'individus, renforcés par la synergie de la collaboration.

Et donc si je m'amuse à m'auto-analyser, pour moi qui suis un enfant unique, le groupe apparaît donc comme une valeur positive et la solitude une valeur négative.

Note

[1] Dès que l'on parle de scatologie ou de sexe, combiné au père ou à la mère, on fourni forcément des éléments très freudiens...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 10 mars 2014

Les joies du code: quand le client test la version beta de l’application

Quand le client test la version beta[1]

Bien entendu, on peut changer la légende de l'image pour la rendre d'actualité: Quant les électeurs découvrent la mise en œuvre des promesses de campagne.

Source

Note

[1] Dans le processus de création d'une application informatique, la phase Alpha est fonctionnelle mais avec des bugs et est susceptible de changer. Dans la phase Beta, l'application est complète et figée et on ne corrige que les bugs restants. C'était un état réservé aux clients testeurs dans le passé, c'est aujourd'hui, dans les nouveau processus logiciel, l'état à partir duquel les applications sont distribuées, avec des corrections permanentes (mise à jour par internet).

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 1 mars 2014

Le net des utopistes est en train de leur filler entre les doigts

J'aime beaucoup l'analyse de Thierry Crouzet dans sont billet Mediapart n’est pas mort, traitant d'une tendance lourde du net à la recentralisation, là où la technique aurait pu nous émanciper.

Petit à petit, nous revenons au modèle génial du minitel:

  • Les réseau sociaux veulent enfermer les internautes. Ils propose des outils de messagerie, de chat, de partage de fichier... certe bien pratique qui leur permettre de capturer nos données et surtout d'en entraver le partage. Facebook en est la caricature la plus féroce, puisqu'il faut avoir un compte facebook pour voir les données même public publiée via un compte facebook.
  • Du côté des systèmes d'exploitation, nous pension sortir du monopole Windows avec l'apparition de la mobilité, mais Google referme consciencieusement son système Androïd qui pourtant a été créé avec du logiciel libre. Dans le monde de la mobilité il n'y a qu'un seul acteur qui soit libre, c'est Firefox OS, qui pour l'instant n'en est qu'à ses balbutiements.
  • Dans le domaine multimédia, les dinosaures survivent tant bien que mal et empêche toujours les projets novateurs de voir le jour. On se rappel de la tentative de Deezer de trouver un modèle économique pour le partage de musique, dégommé en plein vol par les ayants droits qui refusent toute forme d'évolution de leur modèle économique, favorisant au passage les rapace que sont Apple ou Google, qui se goinfre en vendant des droits d'écoute au prix de droits de propriété.
  • Dans le domaine du livre, la frilosité des éditeurs et leur modèle économique figé permet au monstre Amazon de tuer toute forme de concurrence ou de diversité. Les éditeurs perdent leur monopole, mais pas au profit des auteurs qui se font encore plus plumer, mais au profit d'intermédiaires logistique. C'est du perdant/perdant sauf pour Amazon.

Là où techniquement il serait possible de créer des quantité de canaux de distribution du savoir ou du ludique, d'inventer des modèles économiques variés s'adaptant à chaque marcher de niche, nous voilà confronté à une concentration des canaux de distribution, une harmonisation des modèles économiques qui spolient de plus en plus les créateurs au profit des canaux de distribution.

Heureusement il est possible, bribe par bribe, de reprendre un peu de notre liberté, mais c'est un effort, et l'humain est paresseux par nature s'il n'est pas motivé. Il ne faut cesser de sensibiliser à la liberté, pas seulement de notre personne, mais aussi de nos données. Dans un monde avec une mémoire infinie, nos données ont de plus en plus de valeur.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 1 février 2014

Les joies du code: quand le chef me montre un bug horrible que je n’avais pas vu

Quand le chef me montre un bug horrible que je n’avais pas vu[1]

Source

Note

[1] Bien entendu je ne parle pas de moi... je ne fais JAMAIS de bug !

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 13 novembre 2013

Les joies du code: quant IE veut devenir mon navigateur par défaut

quand j’allume IE[1] pour un test web et qu’il me propose de devenir mon navigateur par défaut

Source

Note

[1] Et oui, si à la maison c'est full Ubuntu, au boulot je dois bosser sur "Fenêtre".

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 17 octobre 2013

Les joies du code: juste une bricole en plus

quand le client affirme avoir une petite demande de rien du tout... en ce moment c'est le commercial qui me fait ça !

Source

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 24 septembre 2013

C'est quoi un informaticien

Dans une entreprise informatique, il existe plusieurs profils qui interviennent au niveau de la réalisation d'un projet:

  • Les développeurs (fabriquent le code et le test),
  • Les designer (définissent le graphisme, l’interaction avec l'utilisateur et l'ergonomie),
  • Les chefs de projet (rassemblent ce qui est nécessaire aux 2 précédents pour travailler et font l'interface avec le client, parfois vendent aussi),
  • Le contrôle qualité (ceux qui vérifient le résultat avant la livraison, pour assurer un certain niveau de qualité, généralement les parents pauvre d'un projet).

Bien entendu, chacun voit le travail des autres avec une acuité toute particulière :D

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 10 septembre 2013

Les joies du code: quant je dois ratraper les bugs des autres

quand le boss annonce que c’est moi qui vais me charger de la correction

Source

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 3 de 12 -