Sans lire tous les billets de ce blog, il est aisé de percevoir chez moi une certaine aversion pour la politique menée par Nicolas Sarkozy depuis 10 ans[1]. Pour ceux qui veulent un petit inventaire de son bilan globalement négatif, il y en aura plein dans les mois à venir.

J'ai donc fait un effort à la recherche des décisions qu'il a prises, pour en trouver qui pourraient avoir grâce à mes yeux dans le monceau de reproches qu'il est si facile de lui imputer. J'en ai trouvé 3:

  • La création du statut d'auto-entrepreneur
  • Le plan de relance de 2008
  • La participation de la France à la guerre en Libye

Et encore, aucune de ces décisions n'est satisfaisante, mais c'est un premier pas dans le bon sens à mon avis. Je m'explique :

La création du statut d'auto-entrepreneur

J'ai évoqué à plusieurs reprises la difficulté dans notre pays de créer ce que j'appel un "business non rentable", ou encore un micro business, c'est à dire une activité qui produit quasiment pas de marge de bénéfice. De fait, ce type d'activité ne peut intervenir qu'en marge d'une activité classiquement rémunératrice. Toutes notre société est basée sur des ratio de rentabilité que je trouve trop élevés, ce qui tue toutes sorte d'activités peu rentables. Par exemple, il est impossible de voir un vendeur de parapluies un jour de pluie. Quelqu'un qui irait chercher sa marchandise dans une boutique et la revendrait à la sortie d'un métro.

Le statut de micro entrepreneur lutte contre le travail au noir et peut même être un choix de vie.

Le plan de relance de 2008

Les média en ont peu parlé, mais le gouvernement, en pleine crise, a proposé aux collectivités locales d'être exonérées de TVA sur les investissements qui seraient maintenus ou lancés, juste au moment où la crise des sub-primes incitait tout le monde à la frilosité en matière d'investissement.

Il est probable que cette opération n'a pas arrangé le déficit, et on a vu des investissements qui n'auraient probablement pas été rangés dans ce type de catégorie en dehors de ce plan de relance. Mais au final, pendant près d'un an, en maintenant les investissements des collectivités, c'est une part non négligeable de l'économie qui a continué à tourner à plein alors que tous les feux étaient au rouge. Je pense que cela à contribuer à lisser les effets de la crise.

La guerre en Libye

J'en ai parlé par ailleurs. Suite aux inconséquences de début de mandat du président qui ouvrait grand les bras à tous les dictateurs susceptibles de passer des contrats avec les amis du Fouquets, l'interventionnisme et le bougisme de Srkz auront au moins servi une noble cause et restauré une partie de l'image ternie de la France.

Voilà, je ne vois pas d'autres sujets positifs à ce mandat. Pour le reste, l'essentiel des bonnes choses ont été complètement occultées ou rendues caduques par le reste des décisions prises.

Notes

[1] Et oui, même quant il était ministre je ne l'aimais pas.