Il y a quelques temps déjà je disais que je n'en avais rien à cirer de la manière dont les têtes de listes du MoDem seraient désignées en vue des élections régionales. Que ce soit par le parti ou par les militants cela ne change pas grand chose, si ce n'est au niveau de la forme et des conséquences internes.

Regardons une minute comment cela se passe au PS. Ce parti à choisi la désignation par les adhérents. Résultat, une liste proposée par l'exécutif qui comporte des naz avérés mais fidèles[1] et une liste alternative dont les instigateurs sont jeter au pilori ou censurés. On appréciera l'effet de rassemblement du processus à la veille d'une élection qui doit mobiliser les militants[2].

Regardons comment cela se passe chez les verts : c'est démocratique, les adhérents se réunissent dans une cabine téléphonique et s'auto élisent. La démocratie comme ça, c'est facile.

Regardons comment cela se passe à Europe écologie : les candidats sont désignés en petit comité en fonction de leur notoriété ou influence médiatique. Pour la démocratie on repassera.

Je ne sais pas pour l'UMP, mais si j'ai bien compris, c'est l'Élysée qui a décidé, avec tout le mélange des genres entre chef de l'état et chef de parti.

Donc je résume :
  • soit on donne intégralement la parole aux adhérents et on organise une bonne baston électorale en interne. On sera parfaitement démocrate mais parfaitement divisé au moment de la campagne. Selon le mode de scrutin on aura perdu des gens valables, ou ils faudra faire travailler ensemble des gens qui se sont opposés.
  • soit on défend l'idée qu'il faut faire voter les adhérents sans risquer de provoquer des clivage. On fait alors une liste unique, entre gens de bonne compagnie, avec la tambouille qui va bien en amont, et on demande ensuite aux adhérents de s'exprimer démocratiquement sur un choix unique.
  • soit on se dit que de toute façon se seront les mêmes qui sortiront d'un scrutin que ceux susceptibles d'être choisis, donc autant pas se prendre la tête à se taper dessus, et choisir ceux avec le meilleur potentiel. C'est pas démocratique, mais au moins ceux qui ont décidé sont loin et intouchables, donc on peut en dire du mal tout en se réunissant pour la campagne.

Si on parle purement efficacité, il est clair que la dernière solution facilite le rassemblement des forces militantes : "C'est pas moi qui ai décidé, c'est Paris !"[3].

Le Mouvement Démocrate fait comme les autres, il recherche l'efficacité électorale. On est pas là pour faire mumuse avec des scrutins internes, mais pour avoir des élus qui tiennent la route pour défendre des dossiers et des positions lors de leur mandat, et des élus sur lesquels François Bayrou pourra s'appuyer pour la campagne de 2012. Et Bayrou il en a marre des brailleurs jamais contant qui vont se vendre au plus offrant à la première occasion, comme cette prés campagne nous le démontre à nouveau.

Donc, demander leur avis aux adhérents ce serait l'idéal, sauf que faire travailler des gens qui se sont déchirés dans un scrutin est une gageure et un travail titanesque qui nécessite des gens de grande qualité ce que l'on a rarement. Donc faisons vivre la démocratie à sa place, lors des élections, et le reste du temps soyons efficaces.

Notes

[1] Et surtout qui ne risquent pas de faire de l'ombre.

[2] Faire le parallèle avec le MoDem qui n'a toujours pas cicatrisé les plaies du dernier vote interne dans certains départements, dont le 06.

[3] Les gouvernement font pareil avec l'Europe ;)