Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 4 décembre 2018

Mobilité: 82% des stations du métro de Barcelone sont accessibles aux personnes handicapées. À Paris, une seule ligne de métro

Entre les ascenseurs en panne, les gens qui n'en ont rien à faire, les rampes encombrées, les places de stationnement réservées occupées, les portes trop difficiles à ouvrir, les tourniqués trop étroits, les trottoirs sans bateau pour en descendre... il est extrêmement difficile de se déplacer pour les personnes à mobilité réduite.

La mobilité réduite ne concerne pas que des handicapés en fauteuil, il y a aussi les personnes âgées ou blessées, les parents avec des poussettes ou enfants en bas âge, les touristes avec leurs valises. L'accessibilité concerne tout le monde, pas forcément les autres.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 29 novembre 2018

Connaitre le serveur DNS utilisé sous Ubuntu

Sous Linux, pour connaître l'adresse du serveur DNS en cours d'utilisation, il suffit de faire

cat /etc/resolv.conf

Sauf que cela ne fonctionne pas sous Ubuntu. En effet, Ubuntu utilise un serveur DNS local et la commande précédente renvoi une réponse du genre

nameserver 127.0.0.53

Donc la solution consiste à interroger le NetworkManager

nmcli dev show |grep DNS

Qui retournera soit l'IP de la passerelle (celle de la box dans votre réseau local) si vous êtes derrière une box et configuré en DHCP et NAT, soit celle de votre fournisseur d'accès si vous êtes en mode transparence (box invisible pour votre ordi), soit celle configurée si vous avez spécifié un DNS manuellement dans votre config. Mois j'ai configuré les DNS suivant et cela donne ça:

IP4.DNS[1]: 9.9.9.9
IP4.DNS[2]: 1.1.1.1

Pour les configurer il suffit d'aller dans le paramétrage du réseau

Parametrage du DNS sous Ubuntu

Et pour savoir pourquoi j'ai choisi ces serveurs DNS vous pouvez lire l'article de Korben.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 28 novembre 2018

Transition écologique

La transition écologique, un projet de société, affaire de tous, pas que des écolos...

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 23 novembre 2018

Invisibilité numérique

Voici une chronique de Xavier de la Porte brillantissime que je vous invite à réécouter.

Et pour le cas où cette chronique ne serait plus disponible, en voici le contenu que j'archive

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 21 novembre 2018

L'extension lightning (agenda) ne fonctionne plus depuis la version 60.2 de Thunderbird

L'extension Lighting de Thunderbird qui permet d'avoir un agenda ne s'affichait plus depuis la montée de version en 60.2.1. Voici la traduction de la solution.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 20 novembre 2018

Fichage génétique: attention boulette législative en approche

Voici un fil (thread) twitter que je reproduit ici qui explique la problématique du fichage ADN et du risque à légiférer sur un tel sujet sans prendre le temps d'aller plus loin que de vouloir bien faire.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 19 novembre 2018

L'auberge espagnole de la contestation

Venez avec votre mécontentement, on s'en fout du sujet pour lequel vous avez envie de vous plaindre: augmentation du carburant, CSG, logement, environnement, retraite, salaire, immigration, Europe... venez tous râler en exigeant que l'on vous écoute, même si vous n'avez rien à dire, mais dite le fort !

Voilà ce que m'évoque le mouvement des gilets jaunes, une auberge espagnole du mécontentement.

Carburant

Au début le mécontentement s'est focalisé sur le carburant et puis paf, Trump relâche l'étau sur l'Iran et ses exportations de pétrole et en quelques jours, le prix du baril est reparti (provisoirement) à la baisse. Mais c'est pas grave, le sujet est suffisamment touchy pour mobiliser donc on va pas l'abandonner.

Si on se réfère à l'article du point, seulement 4 et 8 cts sont imputables à la hausse des taxes depuis 18 mois, soit 1€80 à 3€50 par plein. Ouahhhhh ça c'est violent comme augmentation !

Tout le reste de l'augmentation des carburants est lié aux variations des prix du baril de pétrole sur le marché international, typiquement l'embargo des USA sur l'Iran ou le désastre économique au Venezuela en sont des facteurs. Mais bon, là ça devient un peu compliqué de s'en prendre à Trump. Pour le Venezuela, on peut toujours s'en prendre à Méluche, c'est un peu moins loin ;)

Agrégation

Ce que la France Insoumise a rêvé de faire en agrégeant les mécontentements depuis des mois en interpellant les retraités ou les personnels soignants, quelques bonnes manipulations sur les réseaux sociaux l'ont réussi. On apprendra très probablement dans quelques temps que tous ces généreux manifestants en jaune qui ne pensent bien sûr qu'aux autres et pas à leur nombril, ont été délicatement manipulés par quelques milliers de faux comptes Facebook, et des agences de communication, gracieusement mis à disposition par des groupuscules d'extrême droite financés par Banon ou les russes (ou les 2).

Médias

Nous avons assisté avec tristesse au naufrage de l'information, notamment celle des chaînes d'information continue, qui ont données une visibilité hallucinante à un mouvement qu'ils ne comprenaient pas. La nouveauté les a attiré comme du miel. La parole a été donnée à des gens sans prendre aucun recul, sans précaution, durant plusieurs jours.

La couverture à tout prix d'un évènement nouveau a conduit bon nombre de média à faire de l'évènementiel et plus du journalisme. Aucune analyse des revendications, pas de mise en perspective des demandes face à la réalité des chiffres. Le système s'est auto-entretenu, les média parlant des gilets jaunes, les gens en ont parlé et donc puisque les gens en parlent, les média se doivent d'en parler. Un buzz auto-alimenté.

Et après ?

Ne nous trompons pas, ce mouvement qui rassemble toute la baufitude des réseaux sociaux est un coup d'essai de l'extrême droite, juste avant les élections européennes. Pas l'extrême droite française, non elle n'en ai pas capable toute seule, celle du consortium mis en place par Banon pour détruire notre Europe.

Tous les outils utilisés par Obama pour se faire élire grâce aux réseaux sociaux sont maintenant utilisés par les extrêmes. Des spécialistes sont en charge aujourd'hui de produire tous les contenus qui se partagent sur les réseaux sociaux: on a vu de fausses vidéos de propos qu'Emmanuel Macron n'a jamais tenu, de faux courriers de l'état ou de la police, des dessins humoristiques, des bots pour occuper l'espace médiatiques, des publicités ciblées, des textes racontant des bobards prêt à partager. Ces outils qui étaient limités à la fachoshère sont maintenant diffusables à beaucoup plus grande échelle grâce au mouvement des gilets jaunes. Tous ces râleurs de bonne fois (ben oui en France râler c'est normal), probablement pour bon nombre opposés à l'extrême droite, sont maintenant entrés dans les mailles d'un filet que va utiliser l'extrême droite, mais bien évidement sans dire que c'est elle, il ne faudrait pas effrayer le râleur.

Ils sont tous en lien, via les réseaux sociaux. Ils sont chauffés contre le gouvernement. Ils vont innocemment relayer les productions des agences de com de l'extrême droite, sans se rendre compte qu'ils se font manipuler.

La guerre est déclarée, les pions se mettent en place...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 8 novembre 2018

Live tweet du conseil municipal de St Laurent du Var du 08/11/2018

Voici mon live tweet en une page du conseil municipal.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 6 novembre 2018

Mes derniers tweets d'octobre

Mes derniers tweets et retweets. Pour les conversations, les retweets ou les tweets avec média, cliquez sur le tweet pour le lire en contexte.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 4 novembre 2018

Dans ton chat: feinter la prof

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 30 octobre 2018

Les joies du code: vite, vite

Quand la direction insiste pour qu’on sorte le projet sans aucun retard


Source

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 29 octobre 2018

Et un de plus qui tombe aux mains de l'extrême droite

Voilà, ça y est, le Brésil, le plus grand pays d'Amérique du sud, 9e puissance économique mondiale avec 209 millions d'habitants, vient de voter à 56% pour un président de la république d'extrême droite. Les brésiliens avaient le choix entre 2 courants extrêmes, d'une part le représentant d'un ex-président corrompu de gauche, un Mélenchon local, mais déjà en prison lui, et un ex-militaire au discourt radicalisé mais au casier judiciaire vierge. Dans un pays miné par la corruption, le dégagisme l'a emporté encore une fois.

Dans le même temps en Allemagne, les partis traditionnels de gauche et de droite se prennent des claques dans les scrutins régionaux, élection après élection, avec des -10% par rapport aux précédents scrutins. La chancelière allemande ne pourra bientôt plus gouverner et prendre des décisions structurantes pour son pays, mais surtout pour l'Europe, engluée dans une contestation interne l'obligeant à une politique de moins en moins audacieuse pour ne serait-ce que garder sa majorité. Au moment où l'avenir de l'Europe se joue, un de ses pilier est obligé de regarder son nombril politicien au lieu de se projeter dans l'avenir.

Et ne nous leurrons pas, c'est exactement ce qui est tenté en ce moment en France par les oppositions agonisantes, qui au lieu de se battre pour un modèle de société, le leur, dépensent toutes leurs énergies à déconstruire non pas la politique du gouvernement, mais le pouvoir régalien. Casser les symboles de l'état, distiller le doute, remettre en cause le fonctionnement au lieu de l'action menée.

Toutes ces graines semées du dégagismes qui germent à chaque élection, permettent certes à ces oppositions de revenir au pouvoir, mais certainement pas de gouverner par la suite. Une fois que le parlement, les syndicats, les corps intermédiaires, la police, les fonctionnaires sont discrédités, allez reconstruire quelque chose...

Je n'écris pas beaucoup en ce moment, mais ce qui sort ressemble à de salles idées noires...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 23 octobre 2018

Si dieu revenait

Il est de notoriété publique que Dieu s'est barré, mais imaginons un instant qu'il revienne...

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

vendredi 19 octobre 2018

Je kiff ma langue maternelle

Voici un échange avec un collègue il y a quelques mois, suite au très bon texte publié par l'ex secrétaire d’État chargée du développement et de la francophonie, Annick Girardin: Cher Monde du Travail

JM: Je kiff ma langue maternelle mouaaa !!
JM: Ne pas confondre la langue de Shakespeare avec ceci : http://fr.wikipedia.org/wiki/Globis...
JM: et tu me rejoindras (peut-être ? sans doute ?) sur le fait que le globish est l'antichambre de ceci http://fr.wikipedia.org/wiki/Novlan...
CA: pas tout à fait
CA: la novlangue est une démarche pour reformater les esprit, alors que le globish, qui est plus réel, est une paresse intellectuelle recouverte d'une couche de snobisme
CA: la novlangue n'est utilisée qu'en politique, et certes elle gagne du terrain, mais c'est du terrain regagnable avec le temps
CA: le globish au contraire n'est utilisé que par les entreprises et par extension par les publicitaires, et comme il flatte les bas instincts, il est adopté facilement contrairement à la novlangue qui est laborieuse à implanter
JM: novlangue=démarche + Globish=paresse = même résultat : on oublie la finesse, les traits d'esprits, la culture puis la révolte
CA: je ne suis pas d'accord avec cette dernière assertion
JM: l'un c'est un outil et l'autre une auto mutilation
JM: Parles en à Voltaire
CA: je le fréquente pas des masse en ce moment
JM: Moi si, j'ai des absences

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

lundi 15 octobre 2018

Ma crainte du moment

Je regarde avec effroi ce que j'appel les populistes gagner du terrain jour après jour dans les esprits. Il y a 2 ans je craignais qu'à la faveur d'un concours de circonstances, une marine LePen soit élue à la présidentielle. Si on y repense 5 min, nous ne sommes pas passé loin. Imaginez juste une minute qu'Emmanuel Macron soit arrivé 3ème du premier tour: est-on certain que Fillon l'aurait remporté au second tour ? Ce n'est qu'une bataille perdu par l'extrême droite, pas la guerre et loin s'en faut.

L'extrême droite s'organise, avec l'aide de l'ancien conseiller de Trump, Steeve Bannon pour prendre le contrôle du projet européen, ou à minima être suffisamment nuisible pour le paralyser.

Aujourd'hui, toutes les formes de populismes, de gauche comme de droite, prospèrent grâce à l'extraordinaire machine à laver mentale des réseaux sociaux que la très grande majorité des citoyens ne sait pas utiliser, ou pour être plus exacte, qui se fait manipuler par ces outils, sans qu'ils ne s'en rendre compte.

Le concept même de démocratie est en danger, et pas qu'un peu, et avec lui les états démocratiques. Les outils numériques, sont de très puissants leviers de manipulation, de désinformations, de destruction de la réalité qui n'ont jamais existé avant. Il y a quelques décennies, manipuler l'information nécessitait du temps, beaucoup de temps et de moyens. Il fallait corrompre des leaders d’opinion ou médiatiques qui avaient mis des années à construire leur position d'influenceur et donc n'étaient pas prêts à perdre cette position. A l'ère des réseaux sociaux et du numérique, un ou une inconnu peut devenir une star planétaire en un message, une photo ou une vidéo. Un message fabriqué en 5 min avec un montage photo ou vidéo peut devenir viral dans l'heure.

Cette puissance de feu qu'offrent les outils numériques et les réseaux sociaux est aussi amplifiée par la nature de la communication qui est devenu du tout émotionnel. Les émotions flattées et stimulées à l'ère de l'instantanéité n'ont pas besoin d'intelligence ou de culture. Elle sont dans un sens beaucoup plus universelles puisqu'elles parlent à tout le monde, mais ne permettent pas en contre partie de construire une conscience citoyenne, une culture commune. Construire prend du temps, réfléchir est laborieux, mettre en perspective nécessite de la culture, élaborer est lent, l'altérité une contrainte... tout le contraire de la communication émotionnelle, faite d'instantanéité, de simplifications, d'associations primaires.

Les populismes prospèrent dans ce modèle de la communication émotionnelle. Les modérés sont inaudibles car qui veut encore prendre le temps de la complexité ? Allez mettre en perspectives n'importe quel sujet traité par un populiste en 140 signes !

Pendant qu'une petite minorité citoyenne s'épuise et rétrécie dans ses engagements associatifs, politiques ou syndicaux, les spécialistes de la communication émotionnelle détruisent tout, décrédibilisent tout et tout le monde. Les citoyens ne s'en rendent pas forcément compte qu'ils se font manipuler par les spécialistes de l'indignation facile. Tout le système médiatique fait caisse de résonance car il faut bien manger. Manger aujourd'hui, même si demain tout sera détruit.

Je ne vois pas comment nous allons nous en sortir ?

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 11 octobre 2018

La langue française c'est de la m**...

... pour les étrangers. J'ai une étudiante allemande à la maison en ce moment, qui parle relativement bien français et qui nous parle des constructions incompréhensibles de notre langue. La complexité, et l'originalité du français qui à mon avis imprime très fortement la pensée des francophones.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 9 octobre 2018

Accessibilité: voilà, il y a tout dans cette vidéo :-(

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

- page 2 de 87 -