Citoyens prenez le pouvoir

Politique, logiciel libre et autres digressions de Cédric Augustin - Saint Laurent du Var (Nice Côte d'Azur - France)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bricolage-Maison-Recette

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 3 mai 2009

Greffe d'oranger

Je vais passé pour un obsédé de l'orange avec ma confiture, le vin d'oranges et maintenant la greffe d'oranger. Je vous promet que cela n'a rien à voir avec le MoDem. Il se trouve, qu'un oranger a été le terrain de jeu de mes années d'enfance. La maison dans le jardin de laquelle cet arbre extraordinaire pousse[1] devrait subir les affres du progrès façon promoteur. Peut-être y survivra-t-il, au fond d'un jardin gazonné où plus aucun enfant ne pourra gambader, peut être pas. Alors j'ai voulu en garder un petit quelque chose.

Un jour, il y a un paquet de temps, j'avais planté un pépin de pamplemousse qui avait germé dans le fruit. Il y a trois ans je l'ai fait greffé avec un greffon de cet oranger. Hélas, l'arbre qui en a résulté est stérile et n'a jamais fait la moindre fleur. Peut être est-ce le porte-greffe ou une incompatibilité entre le greffon et le porte-greffe. Toujours est-il que je suis un peu dépité et que depuis l'année dernière je cherche une solution.

Cet hivers j'ai cherché dans les jardineries dans lesquelles je passais, s'ils avaient des porte-greffe à petit prix. J'ai trouvé à Castorama, un petit agrume[2] qui était en vente depuis trop longtemps. Il était chétif, et n'avait même plus d'étiquette. Je l'ai eut pour 8€. Il a eut droit à une petite cure d'engrais et aujourd'hui, il pète la forme.

A partir du très bon article http://www.jardin-mundani.com/Franc... j'ai donc attaqué ma première greffe d'oranger. Après lui avoir coupé la tête juste en dessous de la greffe[3], j'ai découpé l'écorce en trois endroits et décollé avec un cutteur stérilisé à la flamme[4].

J'ai suivi scrupuleusement les indications de la greffe couronne. J'ai vu dans un bouquin qu'il pouvait être intéressant d'utiliser du fil de laine naturelle au lieu du raphia. En effet il ne faut pas oublier de supprimer le raphia dès que la greffe démarre pour ne pas l'étrangler.

Comme mon immense parc de 32m2 sert aussi de terrain de jeu à mes enfants et aux chats du voisinage, j'ai ajouté une protection supplémentaire.

Je vous raconterais la suite de ma première tentative de greffe, dans les semaines à venir.

Notes

[1] Un oranger de plus de 6m de diamètre, avec toutes les branches qu'il faut pour grimper dedans et qui fait des oranges douces tout l'hiver, si c'est pas extraordinaire !!

[2] Je n'ai pas la moindre idée, ni la vendeuse, de quel agrume il s'agit.

[3] Le but est ici d'avoir un porte greffe vigoureux et fertile.

[4] Je n'ai pas de couteau à greffer, donc j'ai pris une lame bien affutée, rougie à la flamme pour enlever toutes les trace de produit.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 28 janvier 2009

Vin et confiture d'orange 2009

Vin d'orange en train de macérer

Cette année, petite variations dans mes deux recettes de vin d'orange et de confiture d'orange.

Tout d'abord j'ai eut une grande quantité d'orange douces ce qui m'a permis de revenir à la source de cette recette, du temps où j'habitais à Cannes avec un énorme oranger dans le jardin. Cet arbre de plus de 6m de diamètre a été un sacré compagnon d'enfance. Non seulement j'y étais perché régulièrement comme tous les enfants à qui l'on met un arbre à portée de main, mais il fournissait à toute la famille des cagettes d'oranges et des litres de jus tout l'hiver.

Je disais donc qu'avec la cagette d'orange douce que m'a donné mon oncle, en plus du souvenir, cela m'a permis de revenir à la recette d'origine qui comporte 2 oranges amères pour 15 à 20 oranges douces. Le vin qui en résulte est plus doux, forcément, un peu plus liquoreux et tout le monde ne l'aime pas, mais c'est celui que je préfère. Je ferais gouter la différence à ceux qui passeront à la maison, il y aura bien une réunion du MoDem par chez moi dans l'année.

J'ai aussi testé une simplification de la recette de confiture. Mon épouse a un nouveau robot ménager avec lequel j'ai décidé de faire du jus d'orange plutôt que la fastidieuse opération d'épluchage des oranges une fois le zest oté[1]. J'ai pris toutes les oranges sans zest, même celles amères et j'en ai fait un jus. Dans la casserole avec une gousse de vanille coupée en tout petit boûts, 2 zest coupé en très fines lamelles. J'ai obtenu un peu plus d'un litre de jus d'orange[2] dans lequel j'ai mis un paquet de 1kg de confisucre. Sur l'étiquette il disent de faire bouillir 7min, en fait j'ai été obligé d'attendre que cela réduise près de 30min, et encore, je trouve quelle est un peu trop liquide. L'acidité naturelle des oranges contrarie le gélifiant qui se trouve dans le confisucre. Je pense qu'il faudra en ajouter en plus si je conserve cette manière de faire.

Pour la stérilisation des pots, j'ai utilisé le cuit vapeur. Ça marche niquel, tout comme pour les biberons d'ailleurs[3].

Notes

[1] Ceux qui ne suivent pas, feront référence à la recette initiale.

[2] J'en ai rajouté quelque une en plus, normalement cela fait moins.

[3] Pas la peine d'acheter des trucs encombrants qui font la même chose et qui ne servent qu'à ça. De la vapeur reste de la vapeur.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 27 janvier 2009

Pain aux céréales

Voici ma recette de pain aux céréales, variation de celle qui est dans l'excellent ouvrage de Cathy Ytak, "Pain maison spécial machine à pain", qui permet de réussir ses premiers pains spéciaux sans crainte et ensuite de se lancer dans des personnalisations des recettes.

  • 300 ml de liquide, moitié/moitié lait eau
  • 120g de céréales sucrés pour petit déjeuner.
  • 100g de farine complète
  • 250g de farine blanche
  • 1,5 cuillère à café de sel
  • 1 à 2 cuillère à soupe de sirop à Pancake (ou de miel, ou de sucre)
  • 25g de beurre
  • Une poignée de raisin secs (environ 50g)
  • Un sachet de levure de boulanger instantanée

Programme pain complet, car avec la farine complète et les céréale, il faut lui donner le temps de monter.

Pour les céréales je prend des Fruits & fibres, mais ça marche avec du muesli aussi. Si vous faite avec des céréales non sucrés, il faut rajouter du sucre à la recette, sinon ce ne sera plus un pain sucré, c'est logique.

Pour ne pas rayer la cuve, je met les céréales immédiatement dans le liquide, comme ça ils se ramollissent. Cette recette peut très facilement se préparer dans la machine le soir pour avoir le pain le matin avec le programmateur.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 18 janvier 2009

Pain à la banane

Voici une recette de pain à la machine très simple pour utiliser des bananes un peu trop mures. Le pain obtenu est ferme et élastique, ce qui permet d'en faire des tranches très fines. C'est un pain sucrée, qui se mange tel que, sans besoin d'ajouter quoique ce soit dessus, ou alors juste un petit peu de beurre.

  • 200ml de lait
  • 1,5 cuillère à café de sel
  • 2 cuillères à soupe de sucre roux
  • 250g de farine blanche
  • 100g de farine complète
  • 200g de bananes mures coupées en rondelles
  • 1 sachet de levure de boulanger instantanée.

Utiliser le programme pain blanc. Le programme pain complet devrait permettre de le faire lever un peu plus, car avec la farine complète, le pain ne lève pas beaucoup. Rien n'empêche de n'utiliser que de la farine blanche, mais pour ma part, j'utilise de la farine complète dans toutes mes recette car c'est la raison pour laquelle nous avons acquis une machine à pain.

 

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 13 janvier 2009

J'ai une souris dans le placard

Souris prise au piège

Si, si c'est vrai. En cette période de froidure, elle (ou il on ne sait pas) s'est installé dans le garde manger dans le garage. Aussi mignon que cela puisse paraître, ce n'est pas vraiment le type d'invité que j'attends au milieu des réserves de farine, biscuits, pâtes ou chocolat.

Elle s'est fait repérer un jour par les traces laissées sur une tablette de chocolat et les trous dans les paquets de farine. Le lendemain soir, alors que je claviotais tranquille sur le bar de la cuisine, je l'ai même vu traverser la pièce. Depuis on l'entendais parfois, mais surtout on voyait ses crottes au milieu des paquets de victuailles. Des mesures s'imposaient, d'autant que si d'aventure elle n'était pas seule, les dégâts dans le garde manger, voir la maison, risquaient d'être beaucoup moins mignons.

Après une petite recherche sur le net 3 options s'offraient à moi :

  1. La destruction chimique par empoisonnement. Beau papa, qui a aussi des pensionnaires dans son grenier, s'est retrouvé avec la maison remplie de mouches après avoir utilisé cette méthode. Les cadavres dans la maison je suis pas fan, surtout que ce n'est pas tjs dans un endroit accessible.
  2. La destruction mécanique par écrasement. C'est carrément gore. Je n'ose imaginer l'effet sur les enfants s'ils voyaient une souris ensanglantée en train d'agoniser coincée dans le piège. Et puis si elle est vivante mais blessée, il fait comment le citadin pour achever le monstre ?
  3. L'exode. La solution que j'ai retenue.

J'ai trouvé une nasse à rongeur, vendue 1,90€[1]. Avec les restes de Noël, je lui ai mis un petit morceau de truffe au chocolat[2]. Ce soir, après 5 jours de patience, lorsque je suis rentré du boulot, les enfants se sont précipités sur moi "on a attrapé une souris !!".

Je vous raconte pas la joie des enfants quant nous sommes parti dans la nuit en expédition pour relâcher la captive dans le parc, de l'autre côté de la route au pied du village, en espérant qu'elle n'y reviendra pas.

Notes

[1] chez Castelli.

[2] Ben oui, il faut que l'appât ai quelque chose de plus que les tablettes de chocolat.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

jeudi 8 mai 2008

Recette vin d'orange : de la variété à la chimie

Orange provençale

J'ai fait la semaine dernière mon vin d'orange annuel et pour une foi je n'ai pas eut à chercher loin pour retrouver la recette, puisqu'elle est sur ce blog. Alors que je préparais la macération des zests je me suis remoré mes cours de chimie.

Si vous faites une recherche sur le net sur les recettes de vin d'orange, vous en trouverez des quantités. Il y en a presque autant que de gens qui en font. C'est d'ailleurs un des intérêt du vin d'orange, c'est quant vous allez chez un ami qui en fait, c'est forcément une autre boisson que vous buvez. Il y a quatre raisons majeures qui font la différence entre deux verres de vin d'orange :

  1. Les oranges, selon qu'elles sont amères, douces, d'ici ou d'ailleurs, sanguines ou pas, jeunes ou vielles...
  2. Les ingrédients en plus ou en moins, comme la vanille, la cannelle, la cardamome, le citron, le jus d'orange ou la quantité d'alcool ou de sucre ajouté...
  3. Le vin utilisé. En général on prend du rosé premier prix, mais chacun fait comme il veut, certain le font même avec du rouge.
  4. La macération.

C'est sur ce dernier point que je voudrais revenir. Dans ma recette, je place tous les ingrédients à macérer dans 2 litres d'alcool et 5 litres de vin rosé. Dans une extraction, le principe consiste à mettre le produit mélangé (les zests) dans un solvant (ici le mélange alcool/eau, puisque le vin contient 85% d'eau). Les molécules aromatiques qui nous intéressent vont aller ou rester là où elles sont le plus solubles. Si l'on place les zests dans de l'eau pure, on n'extraira que les molécules solubles dans l'eau. Si on ne met que de l'alcool[1], que celles solubles dans l'alcool. En mélangeant les 2 produits, celles qui ont une solubilité intermédiaire[2]. Il y a donc des recettes qui consistent à placer les zests dans de l'alcool à 95% pendant quelques jours, et d'ensuite procéder au mélange des autres ingrédients. Inversement, certaines recettes mettent la totalité des ingrédients dès le début.

Quelle est la différence entre ces 2 approches extrêmes ? En fonction du degrés alcoolique de la macération, ce ne sont pas les mêmes molécules qui sont extraites des zests et surtout pas dans les même proportions. Toutes les molécules extraites, n'ont pas forcément un goût anodin dans le mélange final, même si elles sont présentes à l'état de trace[3]. En jouant sur le degrés alcoolique de la macération, on extraira donc des molécules différentes qui influeront plus ou moins sur le goût final du vin d'orange.

Voilà, vous allez pouvoir faire vos mélanges de recettes pour créer la votre en toute connaissance de cause.

Notes

[1] Techniquement l'alcool pur n'existe qu'en laboratoire, puisque l'alcool contient toujours un peu d'eau, d'où sont nom d'alcool à 95°.

[2] Cette assertion est chimiquement fausse, mais plus claire me semble-t-il. Que les puristes m'excusent.

[3] Pour ceux que ça amuse, une liste raccourcie des composés présents dans l'huile essentielle d'orange (extraction des zests).

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

samedi 29 décembre 2007

Pâtes fraîches

Faire des pâtes fraîches est facile, un peu de farine, des oeufs et il suffit ensuite de passer tout ça à la machine. Il y a quantité de recette, voici celle que j'ai utilisée pour des pâtes blanches: 1 oeuf pour 100 à 125g[1] de farine de blé[2]. Compter 1/2 à 1 oeuf par personne selon que c'est un plat unique ou un accompagnement, ou en fonction de l'appétit des mangeurs.

Je place tout les ingrédients dans le robot avec le couteau à pétrir[3]. Ensuite il n'y a plus qu'a malaxé un peu à la main pour solidarisé tous les petits morceaux. Et zou dans la machine à pâte, tourne et tourne la manivelle. Les pâtes sont mise à sécher sur un plateau avec un torchon. Lorsque la pâte est bien réussi, elle ne colle pas et il n'y a quasiment pas besoin de rajouter de la farine. Mettre un peu de farine sur la pâta juste avant de faire la découpe permet d'éviter que les pâtes ne se recollent entre elles durant la phase de séchage.

Ça prend un peu de temps, environ 45min pour 4 personnes, mais on peut accélérer une fois que l'on a le tour de main. Pour la cuisson, faire rapide, moins de 3 minutes (ajuster en fonction de l'épaisseur). C'est l'occasion d'apprécier les pâtes al dente.

Quelques recettes trouvées sur le net :

Notes

[1] La quantité de farine est fonction de la taille des oeufs. Il faut que la pâte ne colle plus.

[2] Farine de type 55, la standard.

[3] Celui avec 2 lames en plastique.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 4 juillet 2007

Les nouveaux locaux...

... non pas du MoDem, car nous sommes un peu trop nombreux, mais pour la nouvelle génération en devenir. Où en attendant de bâtir un parti politique, je battit un espace de liberté pour mes deux petits monstres.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mardi 12 juin 2007

Astuce : nettoyer une tache d'huile de vidange sur une dale de ciment

Mon vieux camping car, plus vieux que moi, fait de temps en temps une petite tache d'huile, notamment lorsque je tire un peu sur le moteur. Afin de rester en bon terme avec ma voisine qui m'autorise à stationner de temps en temps sur son parking, je ne pouvais pas laisser ces taches d'huile devant la porte de son garage. Voici la solution que j'ai trouvé pour remettre la dalle de béton comme neuve et ôter les taches d'huile de vidange :

  1. Jeter une poignée de sable ou de sciure et laisser absorber le surplus d'huile de vidange, puis enlever avec un balais.
  2. Mettre de l'essence sur la tache pour diluer l'huile. Frotter avec un chiffon le surplus d'essence.
  3. Remettre du sable et frotter avec le chiffon. Le sable va aller dans tous les recoins des irrégularités du ciment et servir d'abrasif pour enlever l'huile.
  4. Donner un coup de balais.

C'est assez efficace. Le seule problème est que sur une vieille dalle de ciment, l'abrasion du sable remet à neuf un coin de la dalle laissant le reste comme avant.

Comment ça, plus de politique une fois les élections passées. Si, si, juste un break pour se ressourcer. Ca va revenir très vite.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

mercredi 10 janvier 2007

Recette confiture et vin d'orange

Ma voisine m'a donné une cagette d'oranges de son jardin et comme chaque année je fais des confitures et du vin d'orange. Comme chaque année je cherche à déchiffrer la recette griffonnée en marge de celle de l'année précédente, quand je la retrouve, cette année, je la mets au propre. Aller ça change de la politique, ça aère les neurones.

Orange provençale Cette recette utilise des oranges douces, mais c'est la même chose avec des oranges amères, c'est juste le rapport douce/amère qui change. Pourquoi lier les 2 recettes ? Tout simplement parce que pour le vin d'orange on utilise les zestes et pour la confiture la pulpe. Autant vous dire que c'est un peu le chantier de tout faire en même temps. Prévoir environ 1h30 plus le rangement si vous n'êtes pas une fée du logis comme moi.

Donc voici ma recette de vin d'orange et de confiture d'orange (ou marmelade si vous faites avec des oranges amères) :

Prendre 20 oranges douces (environ 2kg) et 2 oranges amères, les orangers d'ici donnent de petites oranges à la peau fine et très juteuses. Ajustez si vous prenez des oranges d'import. Avec un économe, je récupère tous les zestes (les puriste le fond au couteau, mais je ne suis pas puriste). J'enlève ensuite le blanc qui reste sur les oranges. C'est facultatif, mais ça réduit l'amertume qui est principalement là. Dans le cas de la marmelade, on utilise la pulpe des oranges amères, mais avec les oranges douce je ne l'utilise pas, je ne garde que le zeste pour le vin.

Le vin d'orange - phase 1

Dans un grand récipient qui ferme (non étanche), couper 3 oranges en dés et 1 demi citron (avec la peau), ajouter 1 ou 2 gousses de vanilles coupées dans la longueur (selon la taille) avec un bâton de cannelle. Mettre de côté le zeste de 2 oranges pour la confiture et ajouter tous les autres. Ajouter 2 litres d'alcool pour fruits (à 45°), 5 litres de rosé (du Var) et 1kg de sucre roux.

Mélangez le tout et laisser macérez à température ambiante (19°) environ 15 jours en mélangeant tous les jours.

Confiture d'orange

  • Couper en dés et ôter les pépins (s'il y en a), cela représente environ 1,6kg de pulpe. Mettre dans un faitout et recouvrir les fruits d'eau. Ajouter quelques morceaux de zeste. Mettre à mijoter environ 30 min. Préparer le reste du zeste en le coupant en petites allumettes et mettez les de côté pour la fin. C'est pour les petits morceaux, si vous n'aimez pas, mettez tout le zeste tout de suite.
  • Mixer le tout et remettre dans le faitout.
  • Ajouter 1,2kg de sucre. J'ai utilisé 500g de confisuc qui simplifie la vie. Ajouter le zest coupé en allumette, une gousse de vanille coupée en petit morceau et porter le tout à ébullition environ 15 minutes. Si une goutte déposée dans une assiette gélifie, c'est bon, sinon laisser encore cuire (avec le confisuc, c'est 10min, mais ça peut aller jusqu'à 30 min sans).
  • Remplir les pots, les fermer immédiatement et les retourner jusqu'au lendemain.

Vin d'orange - phase 2

Au bout de 15 jours, passez votre mixture pour obtenir un vin limpide. Rajoutez 5 à 7 litres supplémentaires de rosé, 1kg de sucre et mettre en bouteille. Attendre au minimum 1 mois pour qu'il mature (c'est déjà bon, mais c'est meilleur après). Au fur et à mesure que l'année avance, le vin change. Le vin d'orange ne se garde pas plus de 3 ans en général. Si vous mettez trop de fruit, le vin se gardera bouché, mais dès qu'il sera à l'air libre il tournera.

Régalez-vous. Demain je reviens à la politique, il y avait un sondage dans le canard local qui mérite un commentaire.

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

dimanche 31 décembre 2006

Aux chiotes

J'inaugure cette nouvelle catégorie Bricolage (non pas électoral, quoique) avec mes toilettes.

Lire la suite...

Partager Partager ce billet sur les réseaux sociaux

page 2 de 2 -